Un bateau de dépollution contre le fléau du plastique en mer à Bali

Le Mobula 8, bateau de dépollution

Le Mobula 8, bateau de dépollution de l'ONG The SeaCleaner, le 21 mars 2023 à Bali, en Indonésie © AFP SONNY TUMBELAKA

Denpasar (Indonésie) (AFP) – L’ONG The SeaCleaner fondée par le navigateur Yvan Bourgnon a commencé cette semaine une campagne contre la pollution plastique en mer à Bali avec le Mobula 8, un nouveau bateau de dépollution.

Le navigateur franco-suisse indique avoir découvert l’ampleur de la pollution plastique en mer en passant au large de l’île touristique indonésienne pendant un tour du monde en 2014.

« Quand je suis rentré en Europe, j’ai décidé de fonder l’ONG The SeaCleaners », a-t-il expliqué mardi dans une interview à l’AFP. « Le but était fournir ce type de bateau pour s’assurer que l’on peut collecter le plastique en mer ».

« Le Mobula 8 est un bateau spécialement conçu qui peut collecter jusqu’à 1.000 tonnes de plastique par an ».

C’est le premier modèle de Mobula, un bateau de dépollution construit par Efinor à Paimpol (Côtes d’Armor), a être déployé dans le monde.

Le bateau de près de 9 mètres sur 4 est doté d’un outil de succion pour attirer les déchets plastiques, micro-plastiques, et aussi certains polluants liquides.

A Bali, le bateau sera déployé en priorité dans les estuaires, les rivières, les ports et mangroves, pour récolter les déchets plastiques avant qu’ils ne soient emportés en haute mer.

Plus de 80% de la pollution plastique en mer vient des terres via les cours d’eau et le phénomène est particulièrement préoccupant en Asie du Sud-Est, faute de collecte et de traitement adéquat des déchets.

L’association balinaise de collecte de déchets Sungaï Watch estime qu’environ 33.000 tonnes de plastique passent par les rivières de Bali chaque année, soit 90 tonnes par jour.

The SeaCleaner compte déployer plusieurs bateaux de ce type en Indonésie et dans d’autres pays d’Asie.

© AFP

A lire aussi Nouveau record de la pollution plastique des océans, selon une étude

Plastique, canettes et… cadavres: avec les nettoyeurs des rivières de Rangoun

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • SOLY

    Quelle invention formidable, on ne peut que féliciter ce monsieur. Est-ce qu’en France, il y a aussi cette machine pour dépolluer aussi nos fleuves et estuaire ? Je serai vraiment curieuse de voir ça de plus près ;

Bonne nouvelle : les émissions d’une famille de gaz nocive pour la couche d’ozone et le climat diminuent plus vite que prévu

Lire l'article