Allemagne : Scholz ouvre la porte à une prolongation des centrales nucléaires

nucléaire energie allemagne

La centrale nucléaire de Gundremmingen en Allemagne, le 26 février 2021 © AFP/Archives LENNART PREISS

Mülheim an der Ruhr (Allemagne) (AFP) – Olaf Scholz a ouvert mercredi la voie à une prolongation de la durée d’exploitation des trois dernières centrales nucléaires en activité en Allemagne, face aux craintes croissantes de crise énergétique liée au bras de fer gazier avec la Russie.

Les dernière centrales nucléaires « ne sont pertinentes que pour la production d’électricité et seulement pour une petite partie de celle-ci », mais « cela peut quand même avoir du sens » de ne pas les couper du réseau comme prévu, a affirmé le chancelier allemand.

L’Allemagne a en principe décidé de sortir de l’énergie nucléaire à la fin de cette année.

La raréfaction des livraisons de gaz russe en Allemagne, dans le contexte de la guerre en Ukraine, a toutefois remis sur le tapis la question de maintenir les dernières centrales en activité plus longtemps que prévu.

Berlin doit trancher dans les prochaines semaines en s’appuyant sur une expertise en cours, la deuxième du genre. « Nous tirerons ensuite nos conclusions », a dit le chancelier en visite à Mülheim an der Ruhr.

Turbine

Il s’est rendu sur le site de l’industriel Siemens Energy, où une turbine à gaz, récemment réparée au Canada, est destinée à équiper le gazoduc Nord Stream 1 reliant la Russie à l’Allemagne.

Mais elle reste actuellement bloquée en Allemagne et Berlin et Moscou divergent sur les raisons.

Olaf Scholz a accusé mercredi la Russie d’être responsable du blocage de la livraison de cet équipement sans lequel le gazoduc ne peut pas, selon Moscou, fonctionner normalement. Le « tuyau » ne fournit depuis mi-juillet que 20% de sa capacité en gaz.

« Il n’y a aucune raison qui empêcherait la livraison d’avoir lieu » et Moscou doit juste « fournir les informations douanières nécessaires pour son transport vers la Russie », a-t-il martelé.

L’opérateur russe Gazprom accuse lui Siemens Energy de ne pas avoir envoyé les documents nécessaires pour permettre une remise en marche de la turbine, ce dont l’entreprise se défend.

« Cette situation tendue et absurde a été provoquée par les restrictions et les sanctions » occidentales, a dénoncé mercredi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Nord Stream 2

Gazprom a reçu mercredi le soutien de l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, très lié au Kremlin et aux groupes énergétiques russes, et qui a mis en cause Siemens.

Berlin soupçonne en fait Moscou dans cette affaire d’utiliser la turbine comme « prétexte » pour des pressions politiques sur les Occidentaux dans le cadre de la guerre Ukraine.

Lors d’une récente rencontre avec Gerhard Schröder, le président Vladimir Poutine a assuré qu’il était « technologiquement possible », faute de pouvoir utiliser pleinement Nord Stream 1, de procéder aux livraisons de gaz par le gazoduc Nord Stream 2, qui « est prêt à être utilisé à n’importe quel moment », a indiqué M. Peskov.

Sous pression de ses alliés, l’Allemagne avait fini par suspendre – avant sa mise en service – ce pipeline, très controversé car il devait accentuer la dépendance de l’Europe au gaz russe. Cette décision avait été prise deux jours avant le début de l’invasion russe de l’Ukraine.

Face à l’enlisement de la crise gazière, l’Allemagne, à l’instar de nombreux autres pays européens, cherche à compenser avec d’autres sources d’énergie.

Une remise en cause de l’arrêt du nucléaire en fin d’année, décidé en 2011 par Angela Merkel après la catastrophe de Fukushima, serait politiquement une mesure très forte.

Les trois centrales nucléaires encore en activité -en Bavière, Basse-Saxe et Bade-Wurtemberg- concourent pour 6% de la production nette d’électricité en Allemagne.

La question divise néanmoins la coalition gouvernementale, les Verts étant sceptiques, et les libéraux du FDP favorables.

M. Scholz a justifié sa prise de position par le fait que l’Allemagne devait se montrer solidaire » avec d’autres pays européens dont les propres centrales sont à l’arrêt, et aussi par un développement des énergies renouvelables en Allemagne plus lent que prévu.

« C’est particulièrement vrai en Bavière, qui a progressé lentement avec l’expansion de l’énergie éolienne », a-t-il lancé, dans une pique à l’adresse de cette région historiquement dirigée par les conservateurs.

© AFP

Egalement sur GoodPlanet Mag’ :

Canicule: dérogation environnementale pour trois centrales nucléaires

La corrosion des réacteurs nucléaires plombe encore plus les perspectives d’EDF

Le nucléaire est-il dangereux ?

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Rochain Serge

    L’allemagne c’est le contraire du dogme. Ils ont une statérie et s’y tiennent avec intellignence en sachant s’adapter aux imprévus.
    Rien avoir avec ce qui se passe en France où le dogme nucléaire s’impose sans faille dans sa magistrale faillite.
    N’avons nous pas un président qui après avoir bloqué tout développement des renouvelables contre les engagements pris par la France lors de la cop21 pour préparer le lit du nucléaire et qui nous font grandement défaut aujourd’hui, décide de commander 6 EPR sur la seule foi de son échec planétaire ? Le dogme nucléaire dans toute sa puissance !

Philippe Bihouix :  « la vraie ville "smart", c’est celle qui repose avant tout sur l’intelligence de ses habitants »

Lire l'article