Moselle : prison ferme pour trois trafiquants de lionceaux

lionceaux trafic france

Trois hommes ont été condamnés à des peines de prison ferme pour avoir détenu puis abandonné deux lionceaux © AFP/Archives JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Metz (AFP) – Trois hommes ont été condamnés jeudi à des peines de prison ferme par le tribunal correctionnel de Thionville (Moselle) pour avoir détenu puis abandonné deux lionceaux, a-t-on appris vendredi auprès de l’avocat d’une association de défense des animaux, partie civile au procès.

« Le tribunal a totalement validé nos arguments (…) La justice a été rendue, on est totalement satisfait du résultat », a indiqué à l’AFP Me Patrice Grillon, conseil de l’association Stéphane Lamart, l’une des parties civiles avec 30 millions d’amis.

Le tribunal, qui n’a pas complètement suivi les réquisitions prononcées par le ministère public lors de l’audience le 9 juin, a infligé une peine d’un an de prison ferme au principal prévenu, dont plusieurs peines avec sursis précédentes ont été révoquées et qui se voit donc condamné à 10 mois de prison supplémentaires, soit un total de 22 mois de prison.

Un mandat d’arrêt et un ordre d’incarcération ont par ailleurs été délivrés à son encontre, a indiqué Me Grillon.

Ses deux complices ont eux aussi été condamnés à des peines de prison ferme mais qui seront aménagées par le juge d’application des peines.

L’un a été condamné à 10 mois de prison, dont quatre ferme auxquels s’ajoutent quatre mois avec sursis révoqués par le tribunal, soit huit mois de prison au total.

Le dernier s’est vu infliger 14 mois de prison, dont six ferme.

Ils ont également été condamnés chacun à 2.000 euros d’amende.

Ils encouraient jusqu’à trois ans de prison ferme et 150.000 euros d’amende.

En décembre 2019, ils avaient abandonné deux lionceaux, âgés d’environ quatre mois, prénommés Simba et Nala, devant un parc animalier des Bouches-du-Rhône, dans des cages de transport pour chats.

Les lionceaux avaient ensuite été recueillis par l’association Tonga terre d’accueil, spécialisée dans la prise en charge d’animaux sauvages, avait précisé l’association Stéphane Lamart dans un communiqué.

Ils étaient en lien avec le rappeur Lacrim, propriétaire des lionceaux mais qui voulait « s’en débarrasser », selon Me Grillon. Le rappeur, qui n’est pas mis en cause dans l’affaire, les avait donc confiés aux prévenus, « à charge pour eux de les vendre », chaque lionceau pouvant se monnayer illégalement « quelques milliers d’euros ».

Les gendarmes de Metz, qui enquêtaient sur l’affaire, s’étaient alors fait passer pour de potentiels acheteurs: la transaction n’ayant pas abouti, les trois hommes avaient pris la décision d’abandonner les félins, avait expliqué l’avocat.

© AFP

Egalement sur GoodPlanet Mag’ :

Pour lutter contre le trafic illégal des animaux sauvages, et particulièrement des espèces menacées, nous devons agir, fermement. Maintenant.

Le trafic illégal d’anguilles, « plus lucratif que la drogue et les armes »

Hong Kong : le trafic d’animaux sauvages désormais considéré comme un crime organisé

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • xavier87

    Parfois c’est dure mais il vaut mieux les abandonner devant un sanctuaire que de leur faire vivre une vie infernale à l’abri des regards. le recit ne dit pas comment cela s’est passé….

À l'écoute du Vivant avec l’audio-naturaliste Marc Namblard : « si les animaux émettent autant de sons dans la nature, c’est que cela répond à des besoins vitaux »

Lire l'article