Dopée par les déboires du nucléaire, la centrale à charbon de Saint-Avold meurt en bonne santé

centrale à charbon Emile Huchet de

Vue aérienne de la centrale à charbon Emile Huchet de GazelEnergie, le 14 février 2022 à Carling, en Moselle © AFP JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Saint-Avold (France) (AFP) – Au milieu des tonnes de charbon dont il a la charge, Sylvain Krebs avoue avoir un « petit pincement au cœur » devant une page de l’histoire de la Moselle qui se tourne avec la fermeture annoncée, le 31 mars, de la centrale de Saint-Avold.

En attendant sa mise à mort, cette centrale – l’une des deux dernières fonctionnant au charbon sur le sol français avec celle de Cordemais (Loire-Atlantique) – tourne pourtant à plein régime afin de pallier l’arrêt impromptu de plusieurs réacteurs nucléaires d’EDF.

Un regain d’activité permis par un décret ministériel du 5 février qui l’autorise à fonctionner 1.600 heures jusqu’à son arrêt définitif, au lieu des 700 heures prévues initialement.

[86% des émissions de CO2 sur ces 10 dernières années sont issues des combustibles fossiles]

Dans la salle des commandes de la centrale Emile Huchet, à cheval sur les communes de Saint-Avold et Carling, David George ne lâche pas les écrans du regard. « Tout est informatisé maintenant, avant c’était des boutons », dit-il en montrant une photo prise dans les années 1980.

« Ce n’est pas qu’une industrie qui ferme mais une page qui se tourne » dans une région, la Lorraine, qui a déjà fait le deuil de ses mines de charbon et de ses gueules noires, relève ce cadre technique de 49 ans.

S’il reconnaît une pointe de « nostalgie », Sylvain Krebs, tout comme ses collègues, était bien conscient que le charbon, « ça finirait » un jour, et bien conscient aussi des « effets nocifs » sur l’environnement avec des émissions massives de CO2. Mais tout de même : « Pendant 150 ans, on en a profité ».

[Les collapsologues Pablo Servigne et Raphaël Stevens : « c’est un sevrage très dur qui nous attend car tout le monde est drogué aux énergies fossiles »]

Désormais, les salariés de la centrale entendent devenir des « pionniers » des énergies vertes en France. « J’espère qu’on va recréer une activité pour 200 ans comme ce qui s’était passé avec le charbon, mais cette fois-ci avec l’hydrogène » qui devrait être produite sur le site à l’avenir, s’enthousiasme Sylvain Krebs, 46 ans.

Du charbon à la biomasse

En attendant, les installations vont être démantelées pour permettre la construction d’une chaudière fonctionnant avec la biomasse, un projet que l’État entend soutenir à hauteur de 12,7 millions d’euros, avait indiqué en décembre la ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher.

« On va développer une chaudière biomasse de 20 mégawatts qui va brûler du bois à la place du charbon », explique ainsi Camille Jaffrelo, porte-parole de GazelEnergie, l’entreprise propriétaire de la centrale Emile Huchet.

Cette future chaudière devrait permettre de fournir de la « chaleur verte » aux industriels de la plateforme chimique voisine de Carling, précise-t-elle.

[Une avancée pour le climat à la Cop26 : une quarantaine de pays s’engagent à sortir du charbon d’ici 2030]

L’environnement y trouvera-t-il son compte ? Comme d’autres associations, France Nature Environnement en doute. Pour Michel Dubromel, responsable des questions énergétiques au sein de l’ONG, la nouvelle installation sera certes « moins polluante » que la centrale à charbon, mais à condition de ne pas « raser des forêts » pour la faire fonctionner.

Inquiétudes sur l’emploi

Le directeur de la centrale, Philippe Lenglart, espère, lui, voir le chantier débuter dans les premiers mois de 2023.

[En Bulgarie, les mineurs de charbon se préparent à un « désastre »]

Sur les 87 salariés de la centrale à charbon, 49 vont partir à la retraite, huit ont reçu des promesses d’embauche au sein de la nouvelle installation et deux restent « sans solution », précise-t-il, expliquant que les autres, qui ont bénéficié d’un plan de départs volontaires, ont trouvé des emplois « à l’extérieur de l’entreprise ».

La future chaudière devrait employer à terme une vingtaine de salariés auxquels devraient s’ajouter ceux oeuvrant à la production d’hydrogène. Mais pas de quoi rassurer pleinement Pascal Bernardi, délégué syndical de Force Ouvrière de la centrale. Le projet, remarque-t-il, n’est pas encore « gravé dans le marbre ».

© AFP

Ecrire un commentaire

Philippe Bihouix :  « la vraie ville "smart", c’est celle qui repose avant tout sur l’intelligence de ses habitants »

Lire l'article