Fuite de pétrole en Amazonie équatorienne : un parc naturel et une rivière pollués

Quito pétrole fuite Equateur
Photo diffusée par le ministère équatorien de l'Environnement des opérations de nettoyage après une fuite de pétrole en Amazonie équatorienne le 29 janvier 2022 © Ecuador's Ministry of Environment/AFP Handout

Quito (AFP) – Nouvelle urgence écologique dans la jungle amazonienne: le pétrole qui se déverse d’un oléoduc endommagé depuis vendredi dans l’Amazonie équatorienne a touché une aire naturelle protégée et une rivière qui alimente en eau plusieurs villages de cette région du nord-est de l’Equateur.

« La zone touchée est située dans le parc national de Cayambe-Coca et, selon le zonage, le déversement de pétrole a eu lieu dans la zone de protection », a annoncé dans un communiqué le ministère de l’Environnement.

Environ 21.000 m2 de la réserve Cayambe-Coca ont été touchés par la fuite de pétrole. Le brut s’est également écoulé dans la Coca, une rivière majeure de l’Amazonie qui se jette dans un fleuve, le Napo, a ajouté le ministère.

[Equateur : fuite d’un oléoduc de pétrole dans la jungle amazonienne]

Cette rivière et ce fleuve alimentent en eau de nombreuses communautés, y compris des peuples autochtones.

« Notre personnel surveille 210 kilomètres de la rivière Coca et de ses affluents, et coordonne la mise en place de mesures de confinement et d’assainissement lorsque des traces d’hydrocarbures sont identifiées », ont ajouté les autorités.

Des comités d’urgence ont été activés dans les provinces de Napo et d’Orellana afin de « garantir une eau saine pour la consommation de la population ».

« Nous exigeons de savoir combien de barils ont été déversés et quel sera le processus de livraison d’eau et de nourriture aux communautés », a déclaré sur Twitter la Confédération des nationalités indigènes de l’Amazonie équatorienne (Confeniae), principale organisation autochtone du pays.

[Arctique : le Groenland bloque la recherche de pétrole]

« Il est clair que l’eau du fleuve ne peut pas être utilisée ou consommée », a déploré cette organisation, alors qu’aucune évaluation indépendante des dommages n’a été menée pour le moment.

La société privée OCP (Oleoducto de Crudos Pesados), qui gère l’oléoduc, a reconnu que « de petites traces (de pétrole) ont atteint les cours d’eau ».

Elle a indiqué avoir « commencé à fournir de l’eau potable » à plusieurs communautés de la zone touchée, telles que Toyuca, Sardinas et Guayusa, et promis pur dans les prochaines heures de l’aide alimentaire et des soins médicaux.

« Petites traces »

« Nous travaillons à l’assainissement du sol et de la végétation touchés, ainsi que des petites traces détectées dans le cours d’eau », a déclaré le président de l’entreprise, Jorge Vugdelija, dans des vidéos adressées à la presse.

[La COP26 engrange des engagements sur les énergies fossiles]

A ce jour, ni le gouvernement ni l’OCP n’ont précisé la quantité de pétrole déversée dans la nature.

D’une superficie de plus de 4.000 km2, le parc national de Cayambe-Coca est à cheval sur quatre provinces, dans une zone de montagnes et de forêts humides dans le bassin de l’Amazone, entre 600 et 5.790 mètres d’altitude.

Il tire son nom du Cayambe, un volcan, et de la rivière Coca qui traverse son territoire. Une centaine d’espèces de mammifères y sont recensés (tapirs, cougars, ours, condors, etc.) et près de 400 espèces d’oiseaux.

Situé à une centaine de kilomètres au nord-est de la capitale Quito, ce parc se caractérise par l’omniprésence de l’eau : chutes, cascades, sources, lagunes, landes imprégnées d’humidité et nimbées de brouillard… le tout sous des pluies incessantes.

[Les prévisions de production d’énergies fossiles toujours incompatibles avec les objectifs climat]

De fortes pluies ont provoqué en fin de semaine glissements de terrain et chutes de pierres, entraînant la rupture d’un oléoduc de transport de pétrole brut dans la zone de Piedra Fina.

L’incident a eu lieu vendredi à la frontière entre les provinces de Napo et de Sucumbios, sur ce pipeline de 485 kilomètres de long qui traverse au total quatre provinces.

Selon le gouvernement, le glissement de terrain a affecté « quatre tuyaux de l’infrastructure », qui permet de transporter 160.000 barils de brut par jour à partir de puits de pétrole en pleine jungle.

L’OCP « assume la responsabilité de cet événement, causé par un cas de force majeure », a assuré dimanche son président exécutif, Jorge Vugdelija.

A grand renfort de bulldozers, l’entreprise a commencé à réparer l’oléoduc, collectant le pétrole brut « dans des bassins de rétention pour ensuite le transférer à la station de Lago Agrio (capitale de Sucumbios) par camions-citernes ».

[TotalEnergies n’utilisera plus d’huile de palme à partir de 2023 , affirme son PDG]

L’Équateur dispose d’importantes ressources en pétrole, son principal produit d’exportation. Entre janvier et novembre 2021, le pays a produit une moyenne de 494.000 barils/jour.

Entre 1960 et 1990, Texaco, une filiale de Chevron, avait exploité ces réserves pétrolières en forêt amazonienne et avait été accusée d’avoir détruit une partie de la forêt et déversé délibérément des millions de tonnes de déchets toxiques en pleine jungle ou dans les fleuves, sur plusieurs centaines de sites.

© AFP

Ecrire un commentaire

Paris, Madrid et Lisbonne réunis pour dévoiler leur projet de pipeline d'hydrogène "vert"

Lire l'article