Effondrement au Brésil : risque d’autres catastrophes, selon un météorologue

falaise Brésil Rio Minas Gerais
Photo fournie par les pompiers de Minas Gerais le 8 janvier 2022 montrant l'effondrement d'un pan de falaise qui a fait 10 morts, au Brésil © Minas Gerais Fire Department/AFP Handout

Brasilia (AFP) – L’effondrement spectaculaire d’un pan de falaise qui a fait 10 morts dans un lac au Brésil est certainement lié aux fortes pluies, explique à l’AFP la météorologue Estael Sias, qui avertit du risque de nouvelles catastrophes dans les semaines à venir.

Depuis deux mois, les pluies torrentielles ont causé des inondations meurtrières, notamment dans les État de Bahia (nord-est) et de Minas Gerais (sud-est), où des tonnes de rochers se sont abattues sur des bateaux remplis de touristes samedi.

Selon Estael Sias, de l’agence de météorologie Metsul, ce type de désastre est de plus en plus fréquent avec le réchauffement climatique.

[Brésil : déforestation record en Amazonie en octobre]

Question : L’effondrement du pan de falaise a été causé par les fortes pluies?

Réponse : « Il y a certainement un lien. Cette longue période de pluies a causé une infiltration d’eau dans les rochers, qui ont fini par bouger, causant l’effondrement. Certaines vidéos filmées quelques minutes avant le drame montrent une grande quantité d’eau tombant des cascades, exerçant une forte pression sur la falaise ».

Q : À quoi est due cette longue période de fortes pluies?

« C’est dû a la Zone de Convergence de l’Atlantique sud (ZCAS), un phénomène typique de l’été austral qui provoque d’intenses précipitations dans la région. Il se produit quand un couloir d’humidité venu d’Amazonie rencontre des masses d’air froid venues du Sud.

[Que se passe-t-il quand on supprime une aire protégée ? Le cas du Brésil]

Cela provoque de grands volumes de pluie qui causent souvent des inondations ou des glissements de terrain, notamment dans les États du Sud-est, comme le Minas Gerais, une partie du centre-ouest, du nord-est et du nord du Brésil.

Cette année, avec le phénomène météorologique La Niña (refroidissement dans l’océan Pacifique qui provoque des pluies plus importantes que d’habitude dans certaines régions de la planète et de terribles sécheresses dans d’autres), les volumes de précipitations sont encore plus importants.

[La sécheresse menace le Brésil d’une pénurie d’électricité]

De fortes pluies sont encore prévues dans la région du Minas Gerais pour les 10 prochains jours et malheureusement, d’autres désastres pourraient avoir lieu.

Lors de la deuxième quinzaine de janvier, l’humidité venue d’Amazonie s’entendra plus au sud du pays, mais l’été austral est toujours très humide. Février et mars sont des périodes où l’on attend aussi de fortes précipitations ».

Q: Quel est le rôle du réchauffement climatique dans ces phénomènes?

R: « Les phénomènes climatiques extrêmes sont de plus en plus fréquents dans le monde entier. Il y a des chaleurs extrêmes, des pluies de plus en plus récurrentes. Et comme les dernières décennies ont été les plus chaudes de l’histoire de la planète, il est difficile de ne pas lier des phénomènes comme le ZCAS au réchauffement climatique, qui accentue les extrêmes dans le monde entier. »

© AFP

Ecrire un commentaire

Au fond de la Méditerranée, "BathyBot" va traquer les mystères de "l'océan obscur"

Lire l'article