« Vols fantômes » : pourquoi certains avions volent à vide dans le ciel européen ?

avion aéroport aérogare France transport

Aérogare 2, aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, Val-d’Oise ©Yann Arthus-Bertrand

La crise du Covid 19 a considérablement réduit les réservations sur les vols en Europe. Pourtant, certaines compagnies aériennes affirment devoir effectuer des vols sans passager « pour conserver leurs créneaux de décollage dans les aéroports en vertu de la réglementation européenne ».

France Info revient sur les origines de ce scandale qui fait bondir bon nombre d’internautes. En effet, le ciel européen se voit traverser par des avions vides. La situation, absurde, a conduit l’eurodéputée écologiste Karima Delli a demandé à la Commission européenne d’intervenir « pour ne pas laisser les compagnies aériennes mener de tels « vols fantômes ».

Le PDG de la compagnie allemande Lufthansa Carsten Spohr justifie les quelques « 18 000 vols inutiles » par la règle du « use it or lose it » (utilisez les créneaux ou perdez-les). Une compagnie doit utiliser au moins 80 % de ses créneaux horaires, sous peine de les voir redistribués au profit de la concurrence. Suspendue en mars 2020 pour ne pas pénaliser les compagnies aériennes pendant les premiers mois la pandémie marquée par les confinements, la Commission européenne décide de fixer en mars dernier le seuil d’utilisation des créneaux à 50 %, taux jugé encore trop élevé par les opérateurs du transport aérien.

« Nous veillerons à ce qu’aucune compagnie européenne ne soit contrainte d’opérer des vols à vide », a cependant affirmé de son côté le ministre français des Transports Jean-Baptiste Djebbari sur Twitter. Le transport aérien représente à lui seul 3,5% des émissions de gaz à effet de serre de l’Union Européenne, selon le site du Parlement Européen. Les émissions moyennes en kg de CO2 par passager par kilomètre parcouru sont de 0,187 kg pour un moyen-courrier et de 0,258 kg pour un court courrier. Par exemple, en Europe, il faut compter 2,6 kg de CO2 rejetés dans l’air pour un trajet Paris-Bruxelles en train, contre 32 kg de CO2 en avion, selon la RTBF.

Romane Pijulet

À lire aussi sur GoodPlanet Mag’ :

Évolution du transport aérien, une révolution des pratiques individuelles et des esprits est aussi nécessaire

Voler plus sans polluer ? L’équation à multiples inconnues du transport aérien

Écotaxe sur le transport aérien : des « conséquences absolument délétères » estime Djebbari

Green Friday, Circulair Monday, Giving Tuesday… ou comment encourager une consommation responsable à l’heure du Black Friday

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Lete

    Ho la….. Je me suis posé beaucoup de question à ce sujet et me demander comment qu’en pleine pandémie autant d’avion passer au dessus de ma tête rien que dans mon espace visuel 19 avions qui se croise en espaces de 22 minutes montre en mains, sur mon secteur je n’en ai jamais autant. Par temps couvert actuellement je les entant cela n’arrête pas de la journée. Après cette information je vais faire un décompte et des photographies.

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article