Écotaxe sur le transport aérien : des « conséquences absolument délétères » estime Djebbari

Baptiste Djebbari écotaxe

Le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, à l'Elysée le 27 juillet 2020. © AFP/Archives GEOFFROY VAN DER HASSELT

Paris (AFP) – L’instauration d’une écotaxe telle que proposée par la convention citoyenne aurait des « conséquences absolument délétères » sur le plan social pour le transport aérien déjà sinistré, a jugé lundi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

« Les conséquences, notamment sociales, c’est la destruction à terme d’environ 120.000 à 150.000 emplois, ce qui paraît quand même un peu baroque dans la situation que nous connaissons », a affirmé M. Djebbari sur LCI.

« En tant que responsable politique, il faut dire toutes les conséquences. Et les conséquences en termes d’emploi dans un moment où la France vit une crise majeure, elles seraient massives si cette taxe était imposée de façon autoritaire », a-t-il ajouté.

Pour le ministre, « il ne faut pas moins voyager, mais faire en sorte que l’aviation soit moins émissive, moins polluante ».

La convention citoyenne a adopté le principe d’une « écocontribution kilométrique renforcée » de 30 euros par billet pour les vols de moins de 2.000 kilomètres, 60 euros pour les vols de plus de 2.000 kilomètres en classe éco (180 et 400 euros en classe affaires).

Selon une étude d’impact réalisée par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), le coût de cette taxe serait de 4,2 milliards d’euros pour le secteur.

Cette proposition de la convention citoyenne fera l’objet d’un « projet de loi débattu démocratiquement qu’en début d’année prochaine », selon le ministre.

©AFP

La mise en œuvre des propositions de la Convention climat crée des remous

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean Grossmann

    On dit qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire..

    https://www.dropbox.com/s/gyjvmd6mk5imwmi/aile-volante.pdf?dl=0

    • Rozé

    Monsieur Djebarri ne cherche pas à comprendre l’enjeu principal de notre temps; lutter contre le réchauffement climatique et donc devenir sobre en énergie consommée. Pour cela il faut réduire TOUS nos déplacements et tout particulièrement par avion d’autant plus que ce moyen de transport est utilisé prioritairement par les plus aisés. Or la lutte contre le réchauffement climatique doit être couplée à la lutte contre les inégalités sociales pour réussir !

    • Michel CERF

    D’accord avec Rozé , il faut savoir ce que l’on veut .

    • Méryl Pinque

    Nous sommes décidément gouvernés par des êtres médiocres, incapables de comprendre les enjeux vitaux de notre époque.

La banquise de mer tarde à se reconstituer en Arctique

Lire l'article