Pluies torrentielles en Sicile, qui se prépare à un cyclone

Photo diffusée par les pompiers italiens des inondatins à Catane, en Sicile, le 26 octobre 2021 © Vigili del Fuoco/AFP Handout

Rome (AFP) – La Sicile, qui affronte depuis dimanche de fortes précipitations ayant causé des inondations, se préparait jeudi à affronter son deuxième cyclone en l’espace d’une semaine.

Trois personnes sont déjà mortes lors des pluies torrentielles et des coulées de boue qui ont frappé depuis ce week-end la région de Catane, la deuxième ville de Sicile. Les habitants de cette ville côtière du sud-est de l’île se préparaient jeudi à un nouvel épisode d’intempéries.

Un cyclone de type méditerranéen, appelé « médicane », doit aborder les côtes orientales de l’île et de la Calabre voisine (la pointe de la Botte italienne) dans la nuit de jeudi à vendredi, selon l’Institut de recherche publique ISPRA.

« De fortes précipitations et des tempêtes en mer sont attendues sur la côte, avec des vagues de plus de 4,5 mètres », a-t-il indiqué, soulignant que ces cyclones méditerranéens sont plus fréquents cette saison.

Les services de la Protection civile ont placé l’est de la Sicile en vigilance orange. Les écoles ont été fermées à Catane et Syracuse, où les autorités locales ont ordonné la fermeture des administrations et des tribunaux jusqu’à vendredi.

Les « médicanes » sont des systèmes de basse pression similaires aux cyclones tropicaux se formant au-dessus de la mer Méditerranée.

Le cyclone qui a frappé mardi Catane, accompagné de 300 mm de pluies en 24 heures, a submergé la place centrale de la ville.

Les télévisions italiennes ont montré des images des locaux inondés des urgences de l’hôpital Garibaldi-Nesima de Catane ainsi que du palais de justice.

Selon Antonio Navarra, météorologue et président du centre Euro-méditerranéen sur le changement climatique, cité mercredi par le journal Il Corriere della Sera, la Sicile, qui a aussi battu des records de chaleur cet été, se trouve au centre d’événements météorologiques extrêmes.

« Nous essayons de comprendre si avec le changement climatique ces phénomènes vont devenir plus intenses et si leur nature changera avec l’accroissement de leur fréquence », a-t-il expliqué.

Selon la Coldiretti, principal syndicat agricole italien, les exploitations agricoles ont subi des dégâts importants, notamment les oliveraies et les plantations d’orangers et de citronniers. Les dommages sur les récoltes et les infrastructures causés par les intempéries cette année en Italie sont évalués à deux milliards d’euros.

©AFP

A lire également sur GoodPlanet mag’ :

Au Yémen, le « Manhattan du désert » épargné par la guerre, menacé par les pluies

Ecrire un commentaire

Contre le réchauffement, l'agriculture française expérimente des "parasols" mobiles

Lire l'article