« Il est temps » : les jeunes veulent leur mot à dire pour sauver la planète

greta jeunesse milan

La militante suédoise Greta Thunberg, lors du Sommet des jeunes sur le réchauffement climatique à Milan, le 28 septembre 2021 © AFP MIGUEL MEDINA

Milan (AFP) – Assez de jolies promesses et de mots vides de sens : des ambassadeurs de la jeunesse ont appelé mardi les dirigeants du monde à « se réveiller » et à prendre au sérieux la crise climatique, à un mois de la cruciale conférence climat COP26.

« C’est tout ce que nous entendons de la part de nos soi-disant dirigeants: des mots. Des mots qui sonnent bien mais qui n’ont mené à aucune action, nos espoirs et nos rêves noyés dans leurs mots et leurs promesses creuses », a lancé la militante suédoise Greta Thunberg sous les applaudissements de jeunes venus du monde entier.

« Il n’y a pas de planète B, il n’y a pas de planète bla bla, bla bla bla, bla bla bla, économie verte bla bla, neutralité carbone en 2050 bla bla « , a-t-elle ajouté, dénonçant « trente années de bla bla » des dirigeants du monde et leur « trahison des générations actuelles et futures ».

400 jeunes âgés de 15 à 29 ans, venus de près de 200 pays et sélectionnés par l’ONU parmi près de 9.000 candidats, sont réunis jusqu’à jeudi à Milan pour élaborer leur vision commune de l’urgence climatique et des actions prioritaires à mener.

Leur déclaration sera soumise dans la foulée à une cinquantaine de ministres réunis pour préparer la COP26 de novembre à Glasgow.

« Je vous entends (…) Nous voulons entendre vos idées créatives et ambitieuses », leur a lancé le président britannique de la COP26 Alok Sharma, par vidéo.

« Au début du mois, un sondage auprès de jeunes a montré que plus de la moitié d’entre eux ont peur que l’humanité ne soit condamnée. Franchement, cela fait honte à ma génération », a-t-il ajouté.

« Mais aujourd’hui les dirigeants mondiaux ont l’occasion de se racheter, de prendre des engagements ambitieux » pour respecter l’ objectif idéal de l’accord de Paris de limiter le réchauffement à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, a-t-il ajouté.

« Pas de place à la table »

Pas sûr que cette jeunesse inquiète soit convaincue par ces mots.

« Ils invitent des jeunes triés sur le volet à des réunions comme celle-ci et ils prétendent nous écouter, mais ce n’est pas le cas, ils ne nous écoutent pas, ils ne l’ont jamais fait », lui a ainsi répondu Greta Thunberg à la tribune.

« Il est temps pour nos dirigeants de se réveiller, il est temps pour nos dirigeants d’arrêter de parler et de commencer à agir, il est temps pour les pollueurs de payer, il est temps de tenir les promesses », a renchéri la militante ougandaise Vanessa Nakate, listant les « souffrances » endurées en Afrique, en Asie ou dans le Pacifique par les peuples les moins responsables du réchauffement.

« Il est temps, il est temps, il est temps. Et n’oubliez pas d’écouter ceux qui sont les plus vulnérables », a-t-elle ajouté, émue, devant toute l’assistance debout.

Alors que les catastrophes climatiques se multiplient, les engagements des États ne sont toujours pas à la hauteur pour respecter les objectifs de l’accord de Paris de limiter le réchauffement de la planète bien en deçà de +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle, si possible +1,5°C.

Selon la dernière évaluation de l’ONU publiée mi septembre, le monde se dirige ainsi vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7°C.

« Il faut écouter la science. Nous devons effectuer la transition (vers une économie bas carbone) avant 2030 », a plaidé la Péruvienne Valery Salas, 24 ans, une des 400 délégués.

« Les jeunes sont ici pour travailler, pour proposer, pour trouver des solutions vers un avenir meilleur », a-t-elle déclaré à l’AFP, s’inquiétant que les jeunes n’aient « pas une place à la table » des décisions politiques.

Et comme dans les manifestations qui ont fait descendre des millions de leurs pairs dans les rues du monde entier ces dernières années, les jeunes réunis à Milan ont répondu d’une seule voix à Greta Thunberg : What do we want ? « Climate justice ». When do we want it ? « Now ». (Que voulons nous? « La justice climatique ». Quand la voulons nous ? « Maintenant ».

©AFP

Allemagne : Greta Thunberg prépare déjà l’après-élections

Allemagne : à 48 heures du scrutin, Greta Thunberg à Berlin pour mobiliser sur le climat

Greta Thunberg prend la défense des peuples indigènes du Brésil

30 ans de discours sur le climat, si peu d’actions

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Philippe Cerf

    Les jeunes se mobilisent de plus en plus c est très bien mais honte aux politiques avides de pouvoir. Réparons ce qui est réparable tout de suite sinon nous courons à la catastrophe. Nos jeunes ne sont pas responsables de nos excès.

    • Guy J.J.P. Lafond

    Vous savez, c’est très difficile pour des « baby boomers » de changer leurs comportements. J’explique à mes frères et soeurs les meilleurs comportements à adopter mais ils et elles ne le font pas ou le font peu.
    D’autre part et ici au Canada, on a presque réussi à m’enlever tout ce que j’ai construit au cours de ma vie: maison, emploi, perte de la garde de mon enfant,…
    Vous comprendrez que le lobby du pétrole est extrêmement fort à Ottawa et au Canada. M. Trudeau et ses ministres aussi!
    Je poursuis mon combat pour ma fille et pour la protection de l’environnement malgré tout!
    Et si vous saviez comment je me sens vivant et aimant!
    Humblement, raisonnablement et sainement,
    Guy J.J.P. Lafond
    Un papa qui continue de faire du bénévolat pour la protection de l’environnement en collaboration avec l’ONU, en attendant de retourner à ses fonctions d’analyste pour le ministère d’IRCC à Ottawa, en attendant de retourner à ses fonctions d’agent d’immigration à l’international:
    https://twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329
    https://www.cbd.int/action-agenda/contributions/action/?action-id=5eb4392ee9f0fa00018b947d

    • Marc Moynot

    Les jeunes sont déjà archi formés à la même école que nous: la culture de l’extériorité, l’usage mono-polaire du mental. Résultat: ils entretiennent ce contre quoi ils prétendent lutter. Ils disent aux politiques de se réveiller, mais les politiciens le sont déjà grandement à leur intérêts privés, à leur carrière, mais, surtout, à la bonne exécution des ordres des lobbies, des oligarques.
    Quels sont les vrais verrous qui nous privent de toute mesure adéquate pour sauver la planète et ses habitants? Ce sont les profits des lobbies, les diktats financiers des banques, la loi d’airain de l’UE (les Grandes Orientations de Politique Économique, destructrices des États, de leurs économies, de leurs acquis sociaux, imposées arbitrairement par la Commission Européenne, qui n’a aucune légitimité démocratique, et contre lesquelles aucun État membre ne peut se rebeller sous peine de sanctions dissuasives), …
    Mais surtout, ils ignorent, tout comme nous, qu’ils ont d’incomparables ressources à l’intérieur d’eux-mêmes, et que réactiver leur intériorité, le deuxième pôle, est une source spontanée de solutions immédiates à tous les problèmes humains et planétaires, pour peu que nous soyons assez nombreux à renouer avec la Vérité de ce que nous sommes par Essence. Jeunes ou pas, l’enjeu est unique: retrouver l’usage (si épanouissant) de notre intériorité, de notre véritable nature. Les « jeunes » auront-ils le courage de sortir de l’impasse et de dire que seule notre Véritable Nature vaut d’être recherchée et mise en œuvre?
    Réveille-toi, Greta, prends conscience de l’immense richesse qui est à l’intérieur de toi, à l’intérieur de chacun de nous, et fais-le savoir au plus grand nombre. Tout le reste, c’est du bla-bla.

    • Francois michelle

    Oui cette jeune fille a raison assez de paroles des actes forts et immédiat nous n’ avons plus le temps . Et ces la vie de la jeunesses qui est en jeux .la vie ou la morts de nos enfants petits enfants est menacé alors les dirigeants du monde ,les banques les milliardaires la balle est dans vôtre camps. Si non se sera le plus grand génocide humain animalier la planète entière sera dévastée

Les températures élevées du passé n'invalident pas le réchauffement climatique

Lire l'article