A Glastonbury, la drogue des festivaliers menace les anguilles

drogues menace anguilles

Des spectateurs au festival de musique de Glastonbury en juin 2019, au Royaume-Uni © AFP/Archives Oli SCARFF

Londres (AFP) – Des niveaux élevés de cocaïne et d’ecstasy ont été décelés dans une rivière passant par le site du festival de musique de Glastonbury, dans le Sud-Ouest de l’Angleterre, susceptibles de porter atteinte à une espèce rare d’anguille vivant en aval, selon des chercheurs britanniques.

Des échantillons ont été prélevés par ces chercheurs de l’université galloise de Bangor dans la rivière Whitelake, en amont et en aval du site du célèbre festival, avant, pendant et après l’événement qui avait attiré quelque 200.000 personnes en 2019.

Les concentrations de MDMA (ecstasy) avaient été multipliées par quatre après le rassemblement de plusieurs jours et celles de cocaïne avaient fortement augmenté également, en raison de festivaliers urinant de manière sauvage.

« Cette étude démontre que les drogues sont libérées à des niveaux suffisamment élevés pour perturber le cycle de vie de l’anguille européenne, faisant potentiellement capoter les efforts en matière de conservation de cette espèce menacée », a commenté un des chercheurs, le Dr Christian Dunn.

En raison de la pandémie de coronavirus, le festival de Glastonbury avait été annulé en 2020 et 2021. Il avait été remplacé cette année par un concert virtuel.

©AFP

Ecrire un commentaire

Histoires de Nature, un programme de sciences participatives original et ouvert à tous pour collecter les témoignages des changements environnementaux

Lire l'article