Stellantis Sochaux construit l’une des plus grandes centrales solaires en ombrières de France

centrale solaire france

La centrale développera une puissance de 29 mégawatts-crête (MWc), soit l'équivalent de la consommation électrique annuelle de 13.300 habitants, ou de 30% de l'usine Stellantis de Sochaux © AFP/Archives Martin BERNETTI

Sochaux (France) (AFP) – L’usine Stellantis de Sochaux (Doubs) est en train de s’équiper de l’une des plus puissantes centrales solaires en ombrières de France, dont la mise en service est prévue en 2022, ont annoncé jeudi le constructeur automobile et Engie Green.

Le projet prévoit l’installation de près de 64.000 modules photovoltaïques sur le parking des expéditions de l’usine sochalienne, qui peut accueillir jusqu’à 10.000 véhicules, sur une surface de 22 hectares particulièrement bien ensoleillée, ont précisé les mêmes sources.

La centrale développera une puissance de 29 mégawatts-crête (MWc), soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 13.300 habitants, ou de 30% de l’usine Stellantis de Sochaux, ajoute-t-on.

Les panneaux photovoltaïques sont installés par l’énergéticien Engie Green, qui prendra en charge l’investissement de 36 millions d’euros et assurera l’exploitation pendant 30 ans. L’électricité produite sera ensuite livrée sur le réseau d’Enedis en 20.000 volts.

Le chantier a débuté en septembre 2020 et la mise en service totale de la centrale est prévue en octobre 2022. Il s’agit de l’un des plus importants projets de centrale photovoltaïque en ombrières en cours en France, qui permettra d’éviter l’émission de 1.000 tonnes de CO2.

C’est un projet « emblématique » par l’importance de la surface disponible pour l’installation des ombrières qui abriteront les véhicules, a estimé lors d’une conférence de presse sur le site Christine Lafaix, directrice chez Engie Green, leader français sur l’activité éolienne et photovoltaïque.

L’initiative s’inscrit dans le projet de modernisation « Sochaux 2022 » de l’usine historique et centenaire de PSA, devenue Stellantis après la fusion du groupe français avec Fiat Chrysler Automobiles.

Pour Stellantis, cette installation permet de « valoriser notre foncier », note Didier Edelblutte, pilote du projet au sein du groupe.

Le constructeur veut parvenir à « un site neutre en carbone » et « nous sommes complètement engagés dans cette démarche » de développement durable, souligne Frédéric Maliczak, directeur des services techniques de l’usine Stellantis de Sochaux.

Selon Luc Vignal, responsable bâti et ombrières chez Engie Green, cette installation va par ailleurs permettre de générer 130.000 euros de revenus par an pour les collectivités locales grâce à la fiscalité engendrée par l’exploitation du projet.

©AFP

L’administration Biden mise gros sur l’énergie solaire aux États-Unis

En Afrique du Nord, l’énergie solaire peine à rayonner

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean Marion

    Une telle installation pour alimenter seulement 13000 personnes. Un barrage ou une centrale nucléaire produit de l’électricité pour des centaines de milliers, voire des millions d’usagers. Le développement du photovoltaïque n’est-il pas un gâchis ?

    • Serge Rochain

    Tavares se fait une pub gratos en se faisant passer pour un partisan du renouvelable, sur ce quoi il bave depuis toujours, alors que c’est ENGIE-green qui investi.

    • Serge Rochain

    Monsieur Marion, avez-vous fait le rapport du montant de l’investissement pour ce type de réalisation par rapport à celui d’un barrage (avec des emprises au sol sur les riches terrains alluvionnaires qui bordent les rivieres, les dommages causés sur le plan psychologique de villages engloutis sous ces lacs artificiels avec églises et cimetières), ou d’un réacteur nucléaire comme l’EPR par exemple dont le coût de l’électricité produite est 4 fois plus élevée que celui produit par les renouvelables ? Voulez vous une démonstration ?
    Les données du problème :
    Nucléaire :
    Cout EPR : 12,4 G€ Délai de réalisation 2007 à 2021 : 14 ans
    Puissance de production théorique 1,6 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2019 que de 68%) Puissance réelle : 1,2 GW
    Production annuelle : 10,5 TWh

    Parc éolien :
    Coût d’une éolienne de 2 MW : 1 M€ Facteur de charge moyen France de l’éolien : 25%
    On peut donc construire plus de 10 000 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville. Puissance théorique 20 GW, puissance réelle 5 GW
    Production annuelle : 43,8 TWh soit 4 fois plus que le nucléaire de l’EPR
    Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

    Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire
    Serge Rochain

    • michel CERF

    Moins de CO2 peut être , moins de biodiversité sûrement .

Stellantis Sochaux construit l'une des plus grandes centrales solaires en ombrières de France

Lire l'article