Sri Lanka : rare naissance d’éléphanteaux jumeaux en captivité

naissance éléphants en captivité

Photo fournie par l'Orphelinat des éléphants de Pinnawala, au Sri Lanka, prise le 31 août 2021 et montrant l'éléphante Surangi et ses éléphanteaux jumeaux, nés le 31 août à Pinnawala © Pinnawala Elephant Orphanage/AFP -

Colombo (AFP) – L’éléphante Surangi, 25 ans, a donné naissance mardi à l’Orphelinat des éléphants de Pinnawala au Sri Lanka à des jumeaux, deux petits mâles en bonne santé, un évènement rare en captivité, ont annoncé les responsables de cette institution.

Il s’agit de la première naissance d’éléphanteaux jumeaux en captivité au Sri Lanka depuis 1941, selon l’expert Jayantha Jayewardene.

« Les deux éléphanteaux et la mère se portent bien », a déclaré à l’AFP Renuka Bandaranaike, directrice de l’Orphelinat des éléphants de Pinnawala, le principal du pays, qui abrite 81 éléphants.

« Les bébés (éléphants) sont relativement petits, mais ils sont en bonne santé », a-t-elle souligné.

Pour Surangi qui avait déjà donné naissance à un petit mâle en 2009, c’était la deuxième mise-bas. Le père, Pandu, 17 ans, est également l’un des 81 résidents de l’Orphelinat, fondé en 1975 pour prendre soin d’éléphants sauvages errants.

Cette institution, attraction touristique majeure du pays, a été fermée aux visiteurs dans le cadre des restrictions imposées en raison de l’épidémie de Covid-19.

En 2020, des responsables chargés de la préservation de la faune sauvage avaient indiqué que la première naissance gémellaire d’éléphanteaux à l’état sauvage au Sri Lanka avait été repérée dans le parc national de Minneriya, dans l’est de l’île.

Le gouvernement a annoncé fin août de strictes mesures pour protéger et préserver des mauvais traitements ces animaux, qui sont considérés comme sacrés dans ce pays à majorité bouddhiste.

De nombreux riches Srilankais, dont des moines bouddhistes, possèdent des éléphants en tant qu’animal domestique, mais les cas de maltraitance sont largement rapportés.

La nouvelle loi prévoit, en cas d’infraction, la confiscation de l’animal par l’État et jusqu’à trois ans de prison.

Le Sri Lanka compte environ 200 éléphants domestiqués, et 7.500 vivant dans la nature. La capture d’éléphants sauvages est un crime passible de la peine de mort, mais les poursuites sont rares.

Les défenseurs des droits des animaux estiment que plus d’une quarantaine de bébés éléphants ont été volés dans les parcs nationaux pour les domestiquer au cours des 15 dernières années.

©AFP

Au Sri Lanka, pas de conduite d’éléphants en état d’ivresse!

Un panda est né au zoo de Singapour après une insémination artificielle

Zoo de Beauval : le panda Huan Huan attend bien un nouveau petit

Ecrire un commentaire

USA : des séquoias emballés dans de l’aluminium pour les protéger des incendies

Lire l'article