Inondations en Chine : au moins 51 morts, évacuations à grande échelle

chine bilan inondations

Des habitants évacués à bord d'un véhicule de chantier dans une rue inondée de Zhengzhou, le 23 juillet 2021 en Chine © AFP NOEL CELIS

Zhengzhou (Chine) (AFP) – Évacués sur un ponton amovible: des milliers d’habitants du centre de la Chine restent vendredi cernés par les eaux, trois jours après des pluies dévastatrices qui ont fait au moins 51 morts, selon un bilan revu à la hausse.

Le Henan (prononcer: « Renane »), troisième province de Chine par la population avec près de 100 millions d’habitants, a été frappé par des précipitations record ces derniers jours, qui ont transformé les rues en torrents de boue.

Zhengzhou, sa capitale, a été particulièrement meurtrie, au point qu’une rame de métro a été engloutie mardi, faisant 12 morts.

Dans la métropole de 10 millions d’habitants, pompiers et secouristes s’activent vendredi avec d’immenses pompes pour retirer les volumes d’eau accumulés dans les rues.

Les intempéries ont entraîné l’évacuation de plus de 395.000 personnes et causé pour plus de 65,5 milliards de yuans (8,5 milliards d’euros) de dégâts, ont annoncé vendredi les autorités municipales.

Sur un bulldozer, une quinzaine d’habitants sont évacués à la hâte. Certains ont pu prendre quelques affaires. D’autres n’ont rien et sont torse nu.

A la sortie d’un tunnel du centre-ville, beaucoup restent stupéfaits devant l’entassement de dizaines de véhicules emportés par les flots mardi.

Mais des policiers interdisent aux badauds et aux journalistes de l’AFP de prendre photos ou vidéos.

Des corps sont encore susceptibles de se trouver à l’intérieur des véhicules submergés.

Au bord d’une avenue encore boueuse, Chen Yan cherche à quitter Zhengzhou.

« Il n’y a presque aucun train aujourd’hui. Sans voiture, c’est difficile de quitter la ville », peste la trentenaire, bloquée à Zhengzhou depuis trois jours.

Radeaux de fortune

Les fortes pluies se concentrent désormais plus au nord.

A 90 km de Zhengzhou, l’agglomération de Xinxiang et ses environs sont comme coupés du monde. La rivière Wei est sortie de son lit, selon la télévision publique CCTV.

Ses images montrent des sauveteurs en train d’utiliser un ponton amovible pour évacuer des habitants. Près de 9.000 personnes ont ainsi été mises à l’abri.

Il en reste 19.000 à évacuer, a précisé la chaîne.

Dans une rue de Weihui, l’eau arrive jusqu’aux genoux, voire jusqu’au cou par endroits.

Des volontaires participent aux secours.

« L’idée c’est qu’il n’y ait pas deux équipes au même endroit qui fassent la même chose », explique à l’AFP Zhang Luyang, un grand jeune homme équipé d’une lampe frontale et d’un gilet de sauvetage.

A ses côtés, Liu Long, 30 ans, écoute attentivement.

« Je ne suis pas un professionnel des secours et je ne sais pas nager […] mais je voulais aider physiquement », confie-t-il.

« Il ne reste rien »

Les habitants coincés sont évacués sur des canots pneumatiques ou des radeaux de fortune composés de portes ou de tôles.

Ce sont surtout les personnes âgées pour qui la situation reste difficile, car le niveau d’eau complique toute sortie.

Un retraité tente malgré tout de se faufiler dans une artère inondée avec son vélo, dont les roues sont entièrement couvertes d’eau.

Dans une localité voisine, des centaines de personnes sont venues trouver refuge dans l’hôtel de Liang Long.

« Leurs villages ont été rasés, il ne reste rien », se désole-t-il auprès de l’AFP.

L’hôtel, situé à une vingtaine de kilomètres des zones les plus touchées, reçoit encore des appels à l’aide.

« La nourriture de notre hôtel est en train de s’épuiser ».

Le changement climatique est montré du doigt pour expliquer les pires intempéries survenues dans la région depuis le début des relevés météorologiques il y a 60 ans.

Plus à l’est, la Chine surveille désormais avec anxiété la progression du typhon In-fa, avec des pluies torrentielles et des vents à plus de 130 kmh, selon la météorologie.

In-Fa devrait toucher terre ce week-end dans la région de Shanghai, qui compte des dizaines de millions d’habitants.

©AFP

Chine : évacuation d’une localité cernée par les eaux

Ecrire un commentaire

Entretien avec Cyril Dion sur le climat : « l’inertie des systèmes politiques et le poids des intérêts privés ont empêché les changements, c’est un problème de système démocratique défaillant face à l’urgence écologique.»

Lire l'article

Changement climatique et "défis sécuritaires" au menu du sommet du sud de l'UE à Athènes

Lire l'article

Pierre René, amoureux des glaciers pyrénéens et son monde perdu

Lire l'article