En Inde, une douzaine des plus petits porcs du monde relâchés dans la nature

inde plus petit cochon du monde

Des responsables du parc national de Manas observent des porcs pygmées, les plus petits porcs du monde, relâchés dans la nature après leur élevage en captivité, le 26 juin 2021 en Inde © AFP Biju BORO

Manas (India) (AFP) – Une douzaine de porcs pygmées, les plus petits porcs du monde, ont été relâchés dans la nature cette semaine en Inde par des scientifiques, pour tenter d’augmenter la population sauvage de cette espère qu’on avait un moment cru éteinte.

Le porc pygmée, ou porcula salvania, mesure environ 25 cm de haut et 65 cm de long, pour un poids d’environ 8 à 9 kg.

Il vit dans les prairies humides à hautes herbes, et était jusqu’au milieu du XXe siècle fréquemment trouvé au pied de l’Himalaya en Inde, au Népal et au Bhoutan.

Mais sa population a commencé à décliner dans les années 1960, avec la destruction progressive de son habitat, et on a même à un moment cru cette espèce éteinte. Quelques spécimens ont toutefois été trouvés en 1971 dans l »Etat d’Assam, dans le nord de l’Inde, et en 1993, les seuls encore connus étaient ceux du parc national de Manas, dans cette région frontalière du Bhoutan.

Le Programme de conservation du porc pygmée a alors entrepris en 1996 d’en élever en captivité, à partir de six porcs. Ils s’occupe aujourd’hui d’environ 70 spécimens, et en a relâché au fil des dernières années plus de 140.

« Cette fois-ci, il s’agit de sept mâles et cinq femelles », a indiqué à l’AFP un des scientifiques du programme, Dhritiman Das, précisant que ceux-ci avaient été lâchés en deux fois, huit mardi et quatre samedi.

La population sauvage est estimée actuellement à moins de 250 animaux.

« Dans les quatre prochaines années, nous prévoyons d’en relâcher encore 60, afin qu’ils puissent vraiment reconstruire leur population sauvage », a expliqué M. Das.

Le Programme prévoit également une protection et même parfois une reconstruction de leur habitat.

© AFP

« Le cochon le plus laid au monde » aperçu en Indonésie

Ecrire un commentaire

Le photographe animalier Laurent Baheux : « On n’a même pas besoin de tuer des éléphants pour les voir disparaître, il suffit de prendre leur place. »

Lire l'article