Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Remplacer les vols intérieurs par le train, c’est possible et bénéfique pour le climat


Un TGV © Denis Charlet / AFP

Remplacer les vols intérieurs par le train quand le trajet peut s’effectuer en 4 heures permettrait de réduire d’un tiers les émissions de CO2 du transport aérien en France métropolitaine, d’après le dernier rapport du Réseau Action Climat. Ce rapport titré Le train peut-il absorber les voyageurs des lignes aériennes intérieures en France ? explique « il est également possible d’aller au-delà des 4 heures en adaptant l’offre en heure de pointe via l’ajout de créneaux horaires très tôt le matin, le développement de trains de nuit, ou encore l’amélioration ponctuelle de la performance du réseau. »

Remplacer l’avion par le train si le trajet se fait en 2h30 par le rail est une mesure issue des travaux de la Convention Citoyenne pour le Climat qui doit être traduit dans la loi votée au Parlement actuellement. Le gouvernement avait toutefois réduit la portée de la proposition en abaissant la durée du trajet en train à 2h30 au lieu des 4 heures proposées initialement par la Convection.

Le train, une alternative sérieuse et viable à l’avion

Les auteurs du rapport du Réseau Action Climat affirment que la mesure actuelle d’interdire les vols intérieurs si le trajet équivalent en train dure moins de 2h30 réduit de 11,2 % les émissions du secteur aérien en France. Étendre la mesure aux distances pouvant se faire en 4 heures de train permettrait de réduire les rejets de CO2 de 33,2 %. Ils estiment que le réseau ferré est en mesure d’absorber le surplus de passagers issus de la transition sans modifier l’offre ferroviaire sur une grande partie des lignes à l’exception des liaisons Rennes-Lyon et Paris-Biarritz. Pour ces dernières, il faudrait disposer de trains de plus grande capacité. Les auteurs invitent aussi les compagnies aériennes à développer une offre train + avion quand ils vendent des vols internationaux.

Julien Leprovost

RailCoop, un train coopératif et citoyen entre Lyon et Bordeaux dès 2022 ?

Avion, mode, viande, vidéo en ligne ou voiture, à quoi les Français, les Européens, les Américains et les Chinois sont-ils prêts à renoncer pour lutter contre le changement climatique ?

Évolution du transport aérien, une révolution des pratiques individuelles et des esprits est aussi nécessaire

La Convention citoyenne pour le climat juge le travail du gouvernement

Convention Climat: l’aventure « hors-norme » d’un Citoyen qui ne « lâchera rien »

Cap 2030 : retour sur la proposition de la Convention Citoyenne pour le Climat de réduire la vitesse sur autoroutes à 110 km/h

William Aucant de la Convention Citoyenne pour le Climat : «j’aurais aimé que le gouvernement soit beaucoup plus ambitieux»

Grégoire Fraty, un des 150 membres de la Convention Citoyenne pour le Climat à propos de l’annonce du référendum sur le climat : « un bon signal tant démocratique que climatique » 

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Grossmann

    Avec le temps qui passe et le réchauffement climatique en cours il va devenir important de prendre en compte que celui-ci pourrait être minimisé par utilisation du train plutôt que l’avion pour
    les déplacements inférieurs à 1000 km
    Ceci le temps que se mette en place une nouvelle motorisation remplaçant la combustion du kérosène sur nos avions. Voir le fichier

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/Le%20temps%20qui%20passe.pptm

    • Solange

    Pourquoi pas les dirigeables ?!…..

    • Françoise DEGERT

    je vous conseille de quitter Paris pour vous rendre à Aurillac en train : 6H30 çà 7 H de train avec un changement. Dans des rames assez vétustes pour l’intercité…

    • Françoise DEGERT

    je vous conseille de prendre le train pour vous rendre de Paris à Aurillac. 6H30 à 7 H de train, dans des rames vétustes pour l’Intercités, avec en prime un changement (à Brive-la-Gaillarde, ou à Clermont-Ferrand)…

    • michel CERF

    Un exemple personnel ne résout rien .

    • Jean-Pierre Bardinet

    Les émissions anthropiques de CO2 ne sont que de 4% du total des émissions (GIEC, rapport scientifique AR5, page 471), dont seulement 0,9% pour la France. Au niveau mondial, les émissions de CO2 de l’aviation sont de 2,5% et donc de 2,5% x 4%=0,1% du total des émissions, et la part française de l’aviation est totalement marginale. La CCC ne sait pas un calcul simple, pas plus que le RCA, sinon ils auraient compris que cette mesure de remplacement de l’avion par le train ne se justifie absolument pas.

Solastalgie et thermomètre mouillé : quand le réchauffement climatique change le langage

Lire l'article

"On a besoin de gens" : les pompiers russes face aux feux sibériens

Lire l'article