Pollution en baie de Saint-Brieuc: « tolérance zéro » mais la filière pas mise en cause


Le navire de forage Aeolus de la société Van Oord en baie de Saint-Brieuc, le 7 mai 2021 © AFP/Archives Fred TANNEAU

Paris (AFP) – La ministre de la Transition écologique a convoqué mardi les responsables du groupe énergétique espagnol Iberdrola, maison-mère du promoteur d’un projet de parc éolien dont les travaux ont provoqué une pollution en baie de Saint-Brieuc, pour faire passer un message de « tolérance zéro », sans remettre en cause la filière.

« Je ne tolérerai aucune négligence dans le déploiement des parcs éoliens en mer. Je convoque immédiatement les responsables d’Iberdrola, constructeur du parc de Saint-Brieuc, pour qu’ils s’expliquent sur la situation », a déclaré Barbara Pompili sur Twitter.

La ministre a fait passer au cours de ce rendez-vous « un message de tolérance zéro sur la manière dont doit être mené le chantier » et réclamé la « plus grande transparence » vis-à-vis de tous les acteurs, a indiqué son cabinet à l’issue de l’entretien.

Elle considère que « c’est justement parce que l’éolien en mer est d’importance vitale » et que la France est « très en retard » dans ce domaine qu’il est « absolument inenvisageable que la filière se déploie en provoquant ce genre de nuisance », a-t-on indiqué de même source.

Contrairement au dégazage sauvage en Corse, il s’agit dans ce cas bien « d’un incident, pas d’un acte volontaire, » avec des volumes de pollution bien moins importants, souligne encore le cabinet de Mme Pompili. Mais la ministre « ne souhaite pas qu’un incident sur un chantier ternisse la réputation de toute la filière ».

La préfecture maritime de l’Atlantique a annoncé mardi qu’un navire de forage réalisant des travaux dans le cadre de ce projet de parc éolien de la société Ailes Marines, filiale d’Iberdrola, était à l’origine d’une « pollution d’ampleur significative » en baie de Saint-Brieuc.

Ce navire, baptisé Aeolus et appartenant à la société Van Oord, a déclaré « une fuite d’huile de 100 litres », lundi à 06h30, selon un communiqué de la préfecture maritime qui a décrit une nappe de 8,6 nautiques de long (15,9 km) et 1,5 nautique de large (2,8 km).

© AFP

En baie de Saint-Brieuc, le bateau du chantier éolien encerclé par les pêcheurs

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Serge Rochain

    "tolérance zéro" mais la filière pas mise en cause.
    Evidemment, il n’y a aucun rapport entre un accident industriel relâchant 100 litres d’huile en raison d’une panne, et la justification de l’éolien offshore

Se passer du nucléaire en France ? C'est possible selon un réseau d'experts

Lire l'article