De l’Himalaya à l’Arctique, la fonte des glaciers s’accélère, selon une étude

fonte des glaciers

La fonte des glaciers de la planète, provoquée par le réchauffement climatique, s'est encore accélérée ces 20 dernières années, selon une étude © AFP/Archives Jonathan NACKSTRAND

Paris (AFP) – La fonte des glaciers de la planète, provoquée par le réchauffement climatique, s’est encore accélérée ces 20 dernières années, contribuant désormais à plus de 20% de la hausse du niveau de la mer, selon une étude publiée mercredi.

Alors que la Terre a déjà gagné plus de 1°C depuis le début de l’ère pré-industrielle, les glaciers, de l’Himalaya aux Andes en passant par les Alpes, sont déjà au régime minceur depuis le milieu du XXe siècle.

Mais quelques centaines seulement des 220.000 glaciers de la planète –hors calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique– sont surveillées in situ. « Il y a beaucoup de régions où on ne savait pas comment les glaciers évoluaient », explique à l’AFP Romain Hugonnet, auteur principal de l’étude publiée dans Nature.

Grâce à un demi million d’images satellite, « la première cartographie complète de l’amincissement des glaciers dans le monde » conclut que « tous les glaciers fondent », à quelques exceptions près, poursuit le chercheur de l’université ETH de Zurich et de l’université de Toulouse.

Les glaciers de la planète ont perdu 267 milliards de tonnes de glace en moyenne par an entre 2000 et 2019, selon l’étude. De quoi submerger entièrement la Suisse sous six mètres d’eau chaque année, commente l’ETH Zurich dans un communiqué.

Et la fonte s’est largement accélérée: d’une moyenne de 227 milliards de tonnes par an entre 2000 et 2004 à une moyenne de 298 milliards de tonnes par an entre 2015 et 2019.

« En excluant les zones en périphérie du Groenland et de l’Antarctique, donc en gardant 70% des glaciers de la planète, on passe en 20 ans d’un amincissement moyen d’à peu près un tiers de mètre par an, à deux-tiers de mètre par an », souligne Romain Hugonnet. « En 20 ans, on a doublé cette vitesse d’amincissement. C’est très inquiétant ».

Les glaciers de l’Alaska, des Alpes et d’Islande font partie de ceux qui ont rétréci le plus vite.

Les conclusions générales de l’étude sont en phase avec celles des experts climat de l’ONU (Giec) qui comportaient toutefois de très grandes marges d’incertitude.
« La nôtre a une incertitude réduite d’un facteur 10 », assure Romain Hugonnet. Notamment concernant l’impact sur la hausse du niveau de la mer.

Cette fonte a contribué à 21% de cette élévation depuis le début du siècle, soit 0,74 mm par an, selon l’étude.

Les nouvelles données, beaucoup plus fines géographiquement, pourraient également permettre d’aider à la planification dans des régions très peuplées où les glaciers jouent un rôle majeur pour l’approvisionnement en eau et l’agriculture.

« A court terme, les glaciers qui fondent de plus en plus vite vont fournir de plus en plus d’eau aux rivières, servant de tampon dans certaines régions comme l’Inde ou dans les Andes dans les périodes arides.

Mais ensuite on va atteindre un pic, et la quantité d’eau va rapidement diminuer, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus », met en garde le chercheur, estimant que « dans quelques décennies la plupart des régions commenceront cette pente descendante ».

© AFP

Éloge des glaciers, ces dragons du froid qui inquiètent et fascinent

Le philosophe Olivier Remaud : « la distinction entre le vivant et l’inerte repose sur une illusion. Les mondes de glace ne sont pas dénués de vie. »

Climat: La fonte des glaciers d’Antarctique occidental a atteint un point de non-retour

Le résumé du rapport spécial du Giec sur les océans et la cryosphère

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • dany

    Un glacier vu en 2005, il en restait un peu… En 2011, plus rien, mais avant 2000, on y faisait du ski.
    Dans les Andes, à plus de 5000 m.
    … ALARMANT.

    • Guy J.J.P. Lafond

    29AVRIL2021

    Si on utilisait une image,

    Les glaciers sont un peu comme des réserves de liquidité en économie. Et nos savons que l’économie prospère quand la richesse circule. On dépense pour subvenir à nos besoins et on épargne en prévision des années à venir.

    Les glaciers fondent et ont toujours fondu. Ok, c’est normal et c’est de la dépense. Cependant, si ces glaciers ne se reforment plus d’année en année, il faut se demander pourquoi. Car éventuellement cela veut dire qu’il n’y aura plus de sous dans la petite caisse. Toute cette eau pure serait évacuée subitement dans les océans? Personne ne veut cela. Car fabriquer de l’eau potable avec de l’eau salé en brulant du pétrole n’est pas très génial.

    Des glaciers qui ne se reforment plus sonnent une alarme. Cela veut dire peut-être que les conditions de vie dans cette région de la planète changeront à court, à moyen ou à bien long terme.

    Certains diront que c’est sans inquiétude. Cependant, ils ne disent pas que des mouvements migratoires de masse se produisent vers d’autres lieux lointains, là où il y a de fortes rivières et de l’eau potable à profusion pour assurer l’existence.

    Comment régler le problème?

    Simple! Faisons en sorte que les glaciers se reforment comme avant. Pour ce, nous devons brûler moins de pétrole et de charbon qui rejettent des quantités phénoménales de Co2 dans l’atmosphère. Nous devons aussi donner la chance et le temps à nos forêts d’absorber ce trop plein de Co2 contenu dans l’atmosphère.

    La clé se trouve donc dans nos forêts et dans nos glaciers. N’est-ce pas, Lavoisier? N’est-ce pas, les astronautes tout là haut qui observent notre si magnifique planète bleue de la station spatiale internationale?

    La nature restera toujours notre maître:
    Les forêts jouent plusieurs rôles. Elles ralentissent la circulation de l’eau dans le cycle planétaires de l’eau.
    Les glaciers aussi, ils ralentissent la circulation de l’eau dans le cycle planétaire de l’eau.

    Alors, qu’est-ce qu’on attend pour ralentir nous aussi et pour créer de la valeur ajoutée?

    @GuyLafond @FamilleLafond
    À nos vélos, à nos espadrilles de course, à nos vêtements de plein air! Car le temps file.

    • Guy J.J.P. Lafond

    Glaciers et forêts (Prise 2):

    « Alors, qu’est-ce qu’on attend pour ralentir nous aussi et pour créer de la valeur ajoutée propre et naturelle? @:-)

    À nos vélos, à nos espadrilles de course, à nos équipements de plein air! Car la biologie restera toujours la première forme de connaissance sur notre si magnifique et si surprenante planète bleue.

    @GuyLafond @FamilleLafond

Antarctique : un important glacier pourrait atteindre un point de non-retour et provoquer une montée des eaux de 3 m !

Lire l'article