La France veut accentuer sa coopération avec l’Inde pour lutter contre le changement climatique, selon Le Drian


Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à l'ambassade de France à New Delhi, le 14 avril 2021 © AFP Prakash SINGH

New Delhi (AFP) – Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en visite de trois jours en Inde, a assuré mercredi que la France était entièrement mobilisée pour accentuer sa coopération avec New Delhi dans la lutte contre le changement climatique.

Dans le cadre d’un débat sur le renforcement de l’action mondiale contre le changement climatique organisé à l’Ambassade de France, M. Le Drian a rappelé « l’objectif impressionnant » du Premier ministre indien Narendra Modi en vue du développement de 450 gigawatts de capacité d’énergies renouvelables d’ici 2030.

L’Inde « améliore son efficacité énergétique et développe les énergies renouvelables à une vitesse exceptionnelle », a souligné le ministre français ajoutant que Prakash Javadekar, ministre indien de l’Environnement, des Forêts et du Changement climatique, à ses côtés, venait de lui dire que l’Inde « était en avance » sur ses objectifs fixés à l’issue de la COP21.

L’événement s’inscrivait dans le contexte de l’Année franco-indienne de l’environnement inaugurée au début 2021 dans la perspective de la COP15 à Kunming et la COP26 à Glasgow.

Jean-Yves Le Drian a réaffirmé « l’entière mobilisation » de la France et de l’Union européenne pour coopérer avec l’Inde en allant plus loin.

Le ministre français a suggéré d' »inventer ensemble les solutions indispensables pour relever le défi climatique, que ce soit en matière de transition écologique, d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique, de ville durable ou de protection de l’environnement ».

Le chef de la diplomatie française a proposé « d’approfondir encore » la collaboration entre les deux pays « afin de créer au plus vite une filière industrielle qui soit compétitive et d’abaisser les coûts de production de l’hydrogène décarboné ».

« Notre coopération sera d’autant plus fructueuse que nous partageons des similitudes en termes de mix électrique, qui repose à la fois sur les énergies renouvelables et le nucléaire, ce qui constitue un atout fort pour développer notre production d’hydrogène décarboné », a plaidé le ministre.

La France et l’Inde pourraient également travailler ensemble à la lutte contre les plastiques à usage unique, a en outre avancé M. Le Drian : « nous aurions intérêt à inviter d’autres pays à rejoindre cette dynamique et – pourquoi pas ? – à travailler ensemble sur un moratoire sur les plastiques à usage unique ».

Pour sa part, Prakash Javadekar, ministre indien de l’Environnement, a fait valoir que « cette collaboration (avec la France) sera de plus en plus profonde car je vois que Modi et Macron ont une bonne alchimie entre eux, donc nous pouvons travailler ensemble et nous continuerons à travailler ensemble ».

Rappelant la part énorme des émissions de CO2 dont sont responsables les Etats-Unis, l’Europe « depuis cent cinquante ans » et la Chine « depuis trente ou quarante ans », le ministre indien a souligné avec force que l’Inde n’était « pas un émetteur majeur. Nous ne sommes pas responsables du changement climatique ».

Cependant, « nous faisons face aujourd’hui à des menaces communes et nous sommes prêts à agir », a-t-il ajouté, « nous entendons décourager (l’usage du) charbon, nous souhaitons promouvoir l’énergie solaire et les énergies renouvelables ».

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean Grossmann

    Vu que les Indiens nous font visiblement confiance il vaut mieux parler vrai et ne pas entretenir un double langage

    Parlez vrai c’est en ce qui concerne les énergies renouvelables ce serait plutôt de chiffrer la quantité d’énergie produite en kWh à l’année et par habitant plutôt que de raisonner en puissance

    450 gigawatts de capacité d’énergies renouvelables aux Indes d’ici 2030 c’est,
    si l’on prend en considération le fait que la population indienne de 1,35 milliards d’habitants, 0,3 kW fourmi en permanence par habitant, ce qui effeftuvement n’est pas rien.

    ceci d’autant que chacun d’entre nous sait où du moins devrait savoir que l’énergie électrique renouvelable n’est pas constante comme l’est l’énergie électrique nucléaire. Reste à espérer à ce sujet que les propos tenus par notre ministre européen sont cohérents et en harmonie avec ceux tenus par la chancelière allemande.

    Homo sapiens devrait mettre autant voire plus d’ardeur à simplifier sa vie qu’il en met à la compliquer.

    • Guy J.J.P. Lafond

    16AVRIL2021

    Bravo pour tous les efforts faits par des citoyens de l’Inde afin de réduire rapidement leurs émissions de gaz à effet de serre!

    Et des francophones partout sur cette si magnifique planète ont au moins une passion en commun avec les hindiphones, soit l’amour des vélos et des petits engins. Et les Indiens ont déjà rivalisé d’ingéniosité quand il s’agit de transports urbains adaptés: les rickshaws (ou tuk-tuk), les cyclo-pousses, les biclous,…

    Et examinez bien l’hyperlien suivant:
    https://www.yulu.bike

    Les Indiens n’ont pas fini de nous impressionner!

    J’en profite ici pour saluer tous mes amis à New-Delhi et ailleurs dans ce pays. J’ai habité un an à New-Delhi , soit en 2006-2007.

    À suivre,

    @GuyLafond @FamilleLafond
    À nos vélos, à nos “bixis” (à Montréal), à nos espadrilles de course, à nos équipements de plein air! Car le temps file.
    @:-)

Avant la COP26, le prince William remet son prix Earthshot pour le climat

Lire l'article