Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Le zoo de Lille accueille un jeune panda roux mâle pour tenter la reproduction


Ruaridh, nouveau panda roux du parc zoologique de Lille, le 23 février 2021. © AFP FRANCOIS LO PRESTI

Lille (AFP) – Ruaridh, un jeune mâle panda roux a rejoint le parc zoologique de Lille, où il a été mis en contact avec Mambo, la femelle du zoo, pour qu’ils se reproduisent d’ici un an, a annoncé mardi le zoo.

Né à Edimbourg en Ecosse, Ruaridh (prononcer Roo-ray), un an et demi, a bénéficié d’un temps d’adaptation dans un enclos séparé à son arrivée à Lille en décembre, avant de pouvoir rencontrer Mambo, seule depuis un an.

« Leur rencontre s’est fait de manière tout à fait naturelle », explique Stanislas Dendievel, adjoint à la mairie de Lille délégué à la Nature.

Ruaridh succède à Pong, un panda roux mâle, mort en février dernier à l’âge de 17 ans. C’est la deuxième fois que le parc tente de réunir un couple de panda roux mais cela n’a encore donné lieu à aucune naissance. Si pour l’instant Ruaridh n’est pas encore mature, le zoo espère une naissance d’ici un an.

Ruaridh et Mambo ont été réunis dans le cadre du programme d’élevage européen (EEP) dont le but est de « conserver des populations génétiquement diversifiées et viables », explique Stanislas Dendievel.

Menacé par la destruction de son milieu naturel sur les contreforts de l’Himalaya et par le braconnage, le panda roux est une espèce protégée, classée comme « vulnérable » sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN). Il en resterait moins de 10.000 individus dans la nature, selon le zoo.

Les premiers visiteurs à pouvoir admirer Ruaridh seront les écoliers lillois. Fermé pour cause de crise sanitaire, le zoo de Lille organisera à partir du mois de mars 2021 des visites pédagogiques avec les établissements scolaires. « Ruaridh est là pour transmettre un message pour les générations futures », explique Stanislas Dendievel.

© AFP

Ecrire un commentaire