Au Kurdistan d’Irak, un million de chênes contre le changement climatique

chênes plantation Irak

Delband Rawanduzi espère planter un million de chênes en 5 ans au Kurdistan irakien, le 12 janvier 2021 à Erbil. © AFP SAFIN HAMED

Erbil (Irak) (AFP) – Sous sa serre, Delband Rawandouzi cajole ses jeunes pousses. Bientôt ces tiges vertes bourgeonnantes deviendront de grands chênes qui, espère-t-elle, feront renaître la forêt kurde dans le nord irakien où guerres, abattages illégaux et incendies ont fait disparaître un arbre sur deux.

A 26 ans, cette randonneuse et grimpeuse assidue a un objectif ambitieux : planter en cinq ans un million de chênes, un arbre résistant au froid –mordant au Kurdistan en hiver–, enraciné assez profondément pour survivre à la sécheresse et qui peut vivre des siècles.

« A l’automne 2020, nous avons planté 2.000 chênes, c’était une expérience pilote », explique à l’AFP cette native de Rawandouz, à une soixantaine de kilomètres au nord d’Erbil, capitale du Kurdistan irakien. « A l’automne prochain, 80.000 autres suivront ».

Pour replanter cet arbre emblématique de la forêt irakienne, elle a mobilisé les foules. Randonneurs et bergers du coin ramènent de leurs virées en montagne des glands que Delband plante sous deux serres financées par une faculté privée d’Erbil.

Puis le ministère de l’Agriculture, qui a repéré les zones à reboiser, doit lui indiquer chaque automne où mettre en terre ses plants.

Chaque arbre sera alors placé sous le parrainage d’un donateur en particulier, pour 1.000 dinars irakiens, soit moins de soixante centimes d’euros.

Zones protégées incendiées 

« La menace climatique est énorme alors ce projet ne se limite pas à la plantation d’arbres. Notre action face aux défis climatiques est de créer de nouvelles habitudes en plantant des arbres », explique Delband.

Ces arguments convainquent chaque jour davantage de gens : des Kurdes d’Irak ou de la diaspora ou encore des expatriés installés dans l’enclave réputée havre de paix au cœur d’un Moyen-Orient déchiré par les violences.

Intira Thepsittawiwat, Tchèque de 50 ans installée à Erbil, a décidé de parrainer 500 arbres.

« C’est ma petite contribution pour la nature au Kurdistan », explique à l’AFP celle qui a été séduite après des randonnées en montagne au cours desquelles elle a pu constater les dégâts.

« Depuis 2014, le Kurdistan a perdu 20% de sa végétation, et 47% si l’on compare aux chiffres de 1999 », selon les autorités locales.

Cela représente la disparition de plus de 8.000 km2 de forêt naturelle ou plantée par l’homme. Et aussi de toute protection contre l’érosion du sol et la perte d’eau, selon la FAO, agence onusienne pour l’alimentation et l’agriculture.

Les responsables? Les bombardements, l’abattage illégal par des familles démunies à la recherche de bois de chauffage ou par des exploitants crapuleux, ainsi que le pâturage incontrôlé et le développement urbain souvent anarchique.

Rien que durant l’été 2020, alors que le Kurdistan subissait régulièrement des bombardements de l’aviation turque, 20.000 hectares de terres ont été détruits –« dont la moitié dans des zones protégées à riche biodiversité », notamment des forêts, rapporte l’ONG PAX, qui s’appuie sur des images satellitaires.

« Pas de vaccin » pour le climat 

Selon la FAO, l’Irak ne compte plus actuellement que 8.250 km2 de forêt, soit environ 2% de son territoire.

La plupart des forêts de ce pays pour moitié désertique se trouvent au Kurdistan : le long de la frontière nord avec la Turquie et dans le massif montagneux de Zagros, à la frontière avec l’Iran.

Hawker Ali, 35 ans, a rejoint le projet du million de chênes parce que pour lui l’urgence climatique est pressante.

« Ce n’est pas comme l’épidémie de Covid-19 pour laquelle les scientifiques peuvent trouver un vaccin. Pour le changement climatique, tout le monde doit participer pour réduire les menaces et leurs conséquences », souligne-t-il à l’AFP en arrosant des jeunes pousses de chêne sous les serres d’Erbil.

Bagdad a annoncé il y a quelques jours avoir ratifié l’accord de Paris sur le climat, une question plus que vitale dans l’un des pays les plus chauds du monde.

Mais pour le spécialiste de l’environnement Ahmed Mohammed, ancien chef de l’Autorité de la sensibilisation environnementale, le Kurdistan doit revoir sa politique climatique.

En premier lieu, préconise-t-il, il faut développer les transports en commun pour moins utiliser les deux millions de voitures –pour cinq millions d’habitants– de la région autonome. Cesser de jeter les bouteilles en plastique à usage unique et, surtout, éduquer la population.

« Les gens d’ici adorent les sorties en plein air, chaque week-end, ils vont pique-niquer et ont tous une maison à la montagne et, pourtant, la plupart ne réalisent pas l’importance de la nature et des catastrophes climatiques à venir », se lamente-t-il.

©AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • DENISE laurent

    Les scientifiques du GIEC n’ont jamais parlé de la vapeur d’eau parce qu’ils sont persuadés que les activités humaines n’ont pas d’impact sur le taux de vapeur d’eau de l’atmosphère, erreur fatale puisque c’est la dé-végétalisation des sols (déforestation) qui coupe le cycle de l’eau sur les continents au moment où on en a le plus besoin : l’été.

    L’arbre (le feuillus) est la plante qui transpire le plus l’été (évapotranspiration : 5000m3 à l’hectare et par an), si la vapeur d’eau est le principal gaz à effet de serre il faudrait couper tous les arbres, pourtant on fait exactement l’inverse pour lutter contre le dérèglement climatique ???
    cf https://www.mediaterre.org/actu,20210106085019,1.html

    • DAOUD

    Bonjour ! voici un exemple à imiter et à suivre. que les bonnes volontés s’y associent, mais y apporter leur contributuions. la lutte contre les changements et dérèglements climatiques ne devrait pas être contrainte par les frontières artificielles créées par intérêts mesquin et égoiste. A+

Un rorqual échoué dans le Finistère, sans doute le même que la semaine dernière

Lire l'article