Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Agitu Ideo Gudeta, entrepreneuse et activiste éthiopienne assassinée en Italie


Illustration : Une migrante à bord d'un bateau de secours en Méditerranée ©Thomas Lohnes / AFP

Le meurtre sordide d’Agitu Ideo Gudeta fin 2020 a ému l’Italie. Cette femme éthiopienne, qui s’était installée dans une région de montagne pour développer une entreprise de production de fromages, était présentée comme un modèle d’intégration. La présenter ainsi serait réducteur, selon Olivier Quesnel, ancien humanitaire au sein de Médecins Sans Frontières vivant actuellement en Italie. Il rappelle dans cette tribune que Agitu Ideo Gudeta était une militante écologiste, une femme et que son histoire doit interroger la manière dont les réfugiés et les migrants sont perçus afin de sortir des œillères et des préjugés.

Son histoire lui avait appris que, plus que des loups, elle devait avoir peur de certains hommes, comme ceux qui l’ont forcée à quitter son Éthiopie natale pour son engagement contre l’accaparement des terres.

Née en Éthiopie, elle arrive en Italie à l’âge de 18 ans

L’entrepreneuse et activiste Agitu Ideo Gudeta, né à Addis-Abeba (Éthiopie) le 1er janvier 1978, a été assassinée le 29 décembre 2020 à Frassilongo, une petite commune de la province de Trento (Italie). Agitu Ideo Gudeta aurait donc eu 43 ans ce 31 décembre dans ces montagnes qui depuis 2010 étaient devenues sa maison. Les journaux en parlaient volontiers, intrigués par son histoire, en admiration devant sa résilience, les habitants de la vallée l’ont observé avec la même admiration, car ce n’est pas tous les jours que vous rencontrez une telle femme, qui décide de relever le défi d’une vie seule à la montagne, poursuivant un métier ancien et fatiguant comme celui de l’élevage ovin

On a immédiatement supposé qu’il s’agissait d’un autre féminicide (au moins 72 en Italie en 2020), également en raison du fait que dans le passé, la femme avait été forcée de poursuivre en justice un homme pour harcèlement raciale. Le lendemain du meurtre, son employé Adams Suleimani a avoué le crime.

Agitu Ideo Gudeta n’était pas seulement « la bergère éthiopienne, symbole de l’intégration » comme l’ont indiqué le journal la Repubblica et d’autres journaux. Agitu Ideo Gudeta était avant tout une entrepreneuse. Le dire, se le répéter, sert à rendre réel le fait que ceux qui quittent leur pays en tant que réfugiés ne restent pas toute leur vie un sujet faible et passif. Chercher refuge est un acte politique de grande force et de courage.

Bien sûr, son assassin était l’un de ses employés, « un Africain comme elle », titrent entre les lignes, plusieurs journaux. D’un autre côté, je ne vois qu’un autre homme, plein de haine, surtout pour les femmes, qui a réussi à ressembler terriblement, malgré sa peau, sa langue et ses origines différentes, à des milliers d’autres hommes, italiens ou non, qui tous les jours abusent et assassinent les femmes. Surtout celles comme Agitu. Qu’il soit Ghanéen ou Italien, peu importe. Et si quelqu’un se sentait soulagé que son assassin soit un homme, un homme noir, cela fait partie du problème. Les mots utilisés pour raconter le meurtre d’Agitu Ideo Gudeta respirent le racisme. Et ils nous montrent comment les médias italiens sont le miroir d’une culture intrinsèquement xénophobe, incapable de raconter des histoires comme celle d’Agitu Ideo Gudeta, de sa vie autant que de sa mort, si ce n’est de manière trompeuse. Ils soulignant ainsi qu’en Italie, une femme comme elle sera toujours qualifiée de migrante. Car après tout, la qualifier de « modèle d’intégration » n’est qu’une autre façon de se souvenir qu’elle n’était pas italienne mais que malgré cela, elle pouvait être un exemple. Les journaux, ces derniers jours, ont simplement nourri la rhétorique du « migrant méritant », soulignant à quel point nous sommes encore à des années-lumière d’un pays vraiment accueillant, solidaire et sans discrimination.

Si je devais choisir un mot pour la décrire, disent ceux qui la connaissaient, ils choisiraient la force. À la fois pour ce qu’elle a fait en Éthiopie, où elle a eu le courage de faire face à un système répressif malgré la perte d’amis et de compagnons, que pour son activité dans le Trentino, où elle a réussi à se faire accepter d’une communauté de montagne, développant une réalité entrepreneuriale très réussie, en harmonie avec l’environnement.

Lorsqu’elle est arrivée en Italie pour la première fois, elle avait 18 ans. Elle était venue avec un objectif précis, celui d’étudier la sociologie à l’Université de Trento. Pour subvenir à ses besoins pendant ses études, comme beaucoup, elle a travaillé. Le père, professeur, avait déplacé la famille aux États-Unis lorsque la situation politique est devenue oppressante. Mais elle, après avoir étudié à l’Université de Trento, était retournée en Ethiopie, où elle vivait avec sa grand-mère, pour lutter.

L’engagement

Entre 2005 et 2010, Agitu avait participé à des manifestations organisées par des groupes d’étudiants universitaires de la capitale éthiopienne, à des manifestations contre l’exploitation des personnes et des terres dans la région d’Oromia. Le TPLF (Tigray People’s Liberation Front ou FLPT Front de Libération du Peuple du Tigray). Partie du gouvernement Ethiopien) avait imposé des politiques favorisant les multinationales, procédant à des expropriations illégales (accaparement des terres ou la,d grabbing) au détriment des travailleurs de la terre, réduits en semi-esclavage par les grands géants internationaux.

Lorsque le gouvernement a commencé à arrêter (et à faire disparaître) nombre de ses camarades, Agitu s’est rendu compte qu’il était temps de suivre l’exemple de son père. Dans une interview avec Internazionale en 2018, elle a expliqué pourquoi elle avait de nouveau choisi l’Italie: « Ici, j’avais des amis qui pouvaient m’aider et je connaissais la langue, donc je n’avais aucun doute. Quand je suis arrivé dans le Trentino, j’avais deux cents euros en poche, rien de plus ».

C’était une militante qui se battait, elle a réussi à s’échapper miraculeusement parce qu’elle a été avertie par un fonctionnaire « , a déclaré Caterina Amicucci, militante des droits de l’homme, écologiste et amie de Gudeta, au HuffPost. « Quand l’armée est allée la chercher, ils ne l’ont pas trouvée, elle s’est enfuie cette même nuit. Elle réussit à rejoindre l’Italie par avion et non par bateau car elle avait étudié dans la région du Trento et avait toujours un permis d’études. La situation politique locale l’a donc incitée, en 2010, à retourner dans la région de Trento, où elle aurait vécu le reste de sa vie. Au cours de ces années, rester en Éthiopie pouvait signifier courir chaque jour des risques pour votre intégrité. Il y a eu de violentes campagnes de répression contre les dissidents et les paysans, souvent unis dans une seule bataille contre l’expropriation des terres par le Front de libération du Tigray (Tplf), au pouvoir de 1991 à 2018 (année de montée politique du prix Nobel de la paix Aby Ahmed).

Le 7 mars 2017, la sénatrice Emma Bonino la souhaitait à ses côtés dans une initiative de sensibilisation sur le rôle des femmes immigrées et réfugiées en Italie. « Le but – rappelle la sénatrice – était de faire connaître son histoire qui représente un exemple extraordinaire pour toutes les femmes réfugiées de notre pays. De ses paroles, ce jour-là, nous avons pu saisir toute sa force, sa détermination, sa passion politique: sa mort tragique laisse un grand vide ».

Dans l’Etat africain d’Ethiopie, le conflit entre le Front de libération du Tigré et le gouvernement central éthiopien a été interrompu il y a seulement quelques jours – les tigres sont une minorité dans le pays, mais ils ont régné pendant plus de trente ans sans mettre fin aux affrontements entre groupes ethniques – qui a provoqué des violations des droits de l’homme, des massacres de centaines de civils et une grave crise humanitaire. En tant que réfugiée, Agitu avait trouvé dans la vallée de Mòcheni le lieu pour poursuivre sa vision. Elle y relevait un nouveau défi : vivre en harmonie avec la nature et sauver de l’extinction une race particulière de chèvre, la chèvres mochena, une espèce indigène menacée d’extinction jusqu’à il y a quelques années. « Ce sont des animaux rustiques, peu exigeants, d’excellentes chèvres de pâturage. Elles peuvent rester à l’extérieur pratiquement toute l’année, ce qui me permet d’économiser beaucoup à la fois sur les aliments et sur les coûts d’exploitation. Son troupeau, initialement composé de 15 animaux, compte aujourd’hui plus de 180 chèvres qui pâturent sur des terres domaniales abandonnées. Grâce à la passion et aux connaissances acquises auprès des bergers aux côtés desquels elle avait lutté en Ethiopie, Agitu élevai seul ses chèvres afin de produire un fromage selon des méthodes traditionnelles.

La fromagerie qu’elle avait ouverte avait reçu la reconnaissance de Slow Food et Legambiente pour son engagement. Agitu Ideo Gudeta était un nom bien connu dans le mouvement antiraciste italien, mais aujourd’hui, il est utilisé – même par les Verts – pour présenter la région du Trentino comme une terre d’accueil, dans une tentative de cacher la xénophobie dont elle était l’objet.

Ce n’est pas seulement une histoire de migration

Rapidement son histoire a pris les caractéristiques communes à celles qui décrivent d’autres femmes exposées aux médias, telles que les militantes Greta Thunberg et Carola Rackete, la travailleuse humanitaire Aisha Romano ou la journaliste Giovanna Botteri, sur la base de jugements et d’attaques principalement fondés sur des facteurs esthétiques. Racisme, sexisme et classicisme se mêlent dans cette histoire où la violence – celle du voisin, celle de son meurtrier, celle du gouvernement éthiopien – risquent de rester à l’arrière-plan, au profit du Grand Jeu d’Intégration. L’orientation, comme toujours, le triomphalisme typique du white saviour (selon une définition de l’historien Teju Cole de 2012), comme s’il y avait un colonialisme respectable : bref, au nom de la tolérance, les Italiens, ont accordé un refuge aux femmes d’un pays pauvre. D’une pauvreté que nous considérons irrémédiable. Nous sommes maintenant habitués aux automatismes et à un lexique selon lequel Giuseppe Faso a défini le racisme démocratique, dans lequel des migrants méritants s’opposent sans critique aux migrants indignes, un dualisme qui ne peut voir que des « ressources » ou des « menaces à l’identité nationale ».

Parler d’Agitu Ideo Gudeta seulement en termes d ‘ « intégration » est une insulte à sa mémoire. La considérer comme un symbole en ce sens confirme que pour beaucoup, un réfugié sera un réfugié pour toujours et qu’un « migrant » n’est rien de plus qu’un migrant. La presse l’a fait, suggérant de diviser les immigrants en bons et mauvais, honnêtes et indécents, et traitant les lecteurs comme s’ils étaient tous incapables d’accueillir des réflexions plus profondes. Le racisme dont elle a souffert dans sa vie, comme le sexisme, sont les conséquences de la vie sur cette terre, en tant que femme et noire, mais ce n’est pas tout. Autour de la haine et des préjugés il y a une vie à vivre, il y a des ambitions, il y a de la planification, des rêves, des aspirations, se préparer constamment à ce qui est à venir. Je sais que dans ce pays, penser à une femme noire, ou réfugiée, ou migrante, c’est dire « victime de quelque chose » mais Agitu avec sa vie, voulait nous montrer que les gens existent même au-delà des abus qu’ils subissent. Ce qui reste après la violence, les gifles, les crachats, l’exil, c’est la partie la plus coriace, claire et imprévisible de nous.

En même temps, cependant, un gouvernement qui, comme les précédents, met de côté le projet de loi sur la citoyenneté favorise un discours prive de nuances, qu’il rejette au nom d’une prétendue complexité qui ne peut être abordée dans l’examen de cette question. Peut-être que si l’Italie avait une loi sur la citoyenneté en phase avec l’époque, et non une série de règles qui excluent les Italiens et les migrants de la deuxième génération, nous pourrions enfin faire avancer le raisonnement sur la soi-disant coexistence et cohésion sociale et nous exprimer en des termes plus appropriés. Ceux qui ont été dans les rues en criant « Black Lives Matter », « Je ne peux pas respirer » et « Dites leurs noms » aujourd’hui devraient s’attendre à ce que la nouvelle de ce féminicide soit exprimé différemment: dans le Trentino, une femme nommée Agitu Ideo Gudeta a été tuée et violée. Elle était devenue une entrepreneuse prospère dans le secteur laitier après s’être opposée aux politiques d’accaparement des terres en Éthiopie. C’était une activiste et environnementaliste bien connu. Elle manquera à sa communauté.

Son histoire est une histoire de résistance

Basta avec la rhétorique du deserving migrant. Aujourd’hui, cependant, on n’entend pas parler d’Agitu Ideo Gudeta en tant qu’entrepreneur, ni en tant que symbole d’émancipation des femmes, ni en tant que protecteur environnemental. Tout est mis au second plan derrière sont statut d’immigrante. Raconter sa vie sous la définition d’un « exemple d’intégration » est une autre affirmation du racisme dans ce pays. S’il s’agissait « seulement » d’une femme arrivée d’Afrique, peut-être sur un bateau, fuyant la violence et la discrimination, sa mort aurait-elle été moins grave ? Car c’est ce que suggère une rhétorique qui sépare encore une fois les bons migrants, bien intégrés et protagonistes d’histoires héroïques, et les mauvaises. Ceux qui tuent et violent, tout comme son assassin. Parler d’Agitu Ideo Gudeta comme d’une exception à la règle ne lui fait pas honneur. Au contraire, sa mémoire s’affaiblit. Car le fait qu’elle soit « parfaitement intégrée » n’a rien à voir avec sa valeur qui est donné par autre chose, comme son histoire nous le raconte. Une personne comme Agitu Ideo Gudeta en Italie restera toujours un migrant. Bien sûr, bien intégré, mais un migrant. Les personnes comme Agitu ont le droit de ne pas être toujours et seulement présenté comme le héros qui rend le portefeuille, l’exception à la règle qui met en place une petite entreprise prospère ou le sportif de succès qui, cependant, serait bon qu’il ne s’exprimer pas sur ce qui ne le concerne pas mais se contente juste de nous divertir (et s’il est bon un passeport peut-être que nous le lui donnerons aussi).

Pourtant, Agitu Ideo Gudeta, l’icône de l’intégration qui, dans de nombreux cas, à la une des journaux ces derniers jours n’est même pas digne d’un nom et d’un prénom, recevait des menaces et des insultes racistes depuis des années. Derrière ces étiquettes, ces médailles épinglées sur la poitrine – « réfugié environnemental », « symbole d’intégration », la grotesque « reine des chèvres », le « berger biologique » –  se cachent toutes les limites d’un système qui fonctionne dans un seul sens.

L’échec de ce système réside dans de nombreuses petites histoires comme celle-ci. Son engagement quotidien, civil, politique et environnemental lui a valu de nombreuses récompenses. Son histoire c’est une histoire de résistance et ce fait, même sa mort brutale ne peut l’effacer.

L’espoir, maintenant, est que le grand travail de cette femme énergique ne sera pas perdu, que la communauté dans laquelle elle a travaillé et vécu ne restera pas indifférente.

Espérons une année où le « différent » aura quelque chose à nous apprendre. Une année où ceux qui viennent de loin apportent avec eux des histoires et des légendes que l’on peut lire dans leurs yeux

Olivier Quesnel

À lire aussi

« Wall Street fait main basse sur les fermes américaines »

L’ampleur du land grabbing mal évalué

La lettre de la mère de Cédric Herrou au procureur de Nice

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • VIROT

    Etonnament, vu le contenu de l’article… je trouve que la photo n’est pas du tout adaptée à l’article. Il y avait l’embarras du choix dans tous les magnifiques portraits de cette femme d’exception… Décevant…

      • Julien

      La photo choisie est une image d’illustration, c’est précisé dans la légende
      si vous avez une photo ou portrait libre de droits de Agitu Ideo Gudeta, merci de nous en faire part

    • Roland GORALSKI

    CE N’EST PAS LA COULEUR DE PEAU QUI NOUS REND DIFFÉRENTS C’EST LA COULEUR DE NOS PENSÉES