Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

De la pauvreté à l’abondance grâce à la collaboration et aux échanges

Grande Barrière Corail Australie

Grande Barrière de Corail, Queensland, Australie. ©Yann Arthus-Bertrand

Les récifs coralliens sont des écosystèmes très riches qui paradoxalement se trouvent dans des eaux tropicales pauvres en éléments nutritifs. Leur secret pour créer cette abondance réside en grande partie dans une relation mutuellement bénéfique, ou symbiose, entre le corail et des algues unicellulaires, appelées zooxanthelles, qu’il abrite dans ses tissus. La majorité des produits de la photosynthèse des algues (75-95 %) est transférée au corail qui les utilise pour son propre métabolisme et sa protection contre les radiations nocives. Les zooxanthelles bénéficient d’un environnement protégé et des déchets métaboliques du corail, comme l’azote, le phosphore et le CO2, évitant ainsi des pertes inutiles en ressources. Le corail abrite et nourrit l’ensemble du récif car il excrète des mucus riches en glucides et en protéines utilisables par les autres organismes. Une abondance partagée est ainsi générée dans un environnement pauvre…

Extrait du livre INSPIRATION[s] sur les Objectifs de Développement Durable et le bio-mimétisme rédigé par la Fondation GoodPlanet l’Institut des Futurs Souhaitables avec le soutien de BNP Paribas Asset Management

Lisez le livre ci-dessous en intégralité.

Ecrire un commentaire