Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Pakistan : à Karachi, les mangroves ou le béton

pêcheur mangrove pakistan

Des pêcheurs en bateau le long d'une mangrove, le 18 octobre 2020 près des côtes de Karachi, au Pakistan. © AFP/Archives Rizwan TABASSUM

Karachi (AFP) – A quelques encablures des côtes de Karachi, des « bébés mangroves » s’épanouissent sur une crique isolée de l’île de Bundle. Mais ce paysage de carte postale pourrait disparaître, le gouvernement pakistanais, malgré ses prétentions environnementales, voulant y lancer un gigantesque projet immobilier.

Les centaines de petites plantes vertes, vouées à devenir de luxuriantes forêts aquatiques, bourgeonnent paisiblement, sous le regard impassible d’une meute de chameaux. A quelque dizaines de mètres de là, la plage faisant face à Karachi est couverte de déchets, chaussures et autre matériel médical usagé.

De l’autre côté du rivage, les squelettes de bâtiments jamais terminés témoignent de l’urbanisation anarchique que connaît la mégalopole du Sud pakistanais, aux 20 millions d’habitants.

« Laissons la nature se régénérer. Ne rêvons pas de grandes villes », harangue Mahera Omar, une réalisatrice auteure de plusieurs documentaires environnementaux.

« Nous sommes tous fatigués de notre jungle de béton. Nous voulons sortir, à l’air libre, profiter de la brise marine et de la nature », ajoute cette habituée des balades en kayak dans la mangrove, terrain idéal selon elle pour un écotourisme réglementé.

L’exécutif pakistanais en a pourtant décidé autrement. Le président Arif Alvi a signé fin août une ordonnance visant à faire de Bundle et de l’île voisine de Buddo des terres fédérales, afin d’y lancer un ambitieux programme immobilier, évalué à 50 milliards de dollars (42 milliards d’euros).

Un projet similaire doit voir le jour sur la Ravi, la rivière arrosant Lahore (nord-est). Un premier tour de table avec des investisseurs locaux a été réalisé.

La manœuvre surprend de la part du gouvernement d’Imran Khan, jusqu’ici auréolé d’un bilan environnemental plutôt positif. Le « tsunami au milliard d’arbres », plantés ou régénérés dans la seule province du Khyber-Pakhtunkhwa (nord-ouest) sous l’égide de son parti, a été applaudi internationalement.

« Contradiction » 

Le Premier ministre a ensuite annoncé étendre ce programme à l’ensemble du pays, avec un objectif de dix milliards de nouveaux arbres. La construction de plusieurs centrales à charbon prévue par un accord sino-pakistanais a également été gelée au profit d’énergies renouvelables.

« Imran Khan incarne la contradiction », se moque Murtaza Wahab, un porte-parole de la province du Sindh, dont Karachi est la capitale. « Il s’enorgueillit de dire que le changement climatique est une réalité. Mais quand il s’agit du Sindh, son opinion change. »

Le Sindh est le bastion du Parti du peuple pakistanais (PPP), fer de lance de l’opposition, qui estime que les îles du littoral sont « la propriété du gouvernement provincial » et que les autorités fédérales ne peuvent pas en « prendre le contrôle ».

Le PPP compte porter l’ordonnance présidentielle « illégale » devant le Parlement et la justice, au nom de ces mangroves, « symbole de Karachi », selon M. Wahab.

Le conseiller d’Imran Khan pour le Changement climatique, Malik Amin Aslam, contacté à plusieurs reprises par l’AFP, n’a pas donné suite.

Hormis à Islamabad, le projet, déjà avancé à plusieurs reprises ces dernières décennies mais toujours retoqué, car trop cher et trop compliqué, semble en effet faire l’unanimité contre lui.

Les pêcheurs de Karachi, qui lancent régulièrement leurs filets à Bundle car l’eau y est moins polluée qu’ailleurs, ont porté plainte contre Islamabad.

Eau croupie

« Nous allons perdre nos emplois. Cela va nous dévaster », se désole Kamal Shah, l’un de leurs porte-parole, depuis le petit port d’Ibrahim Mathri, aux eaux noires et à l’odeur pestilentielle.

Depuis des décennies, Karachi rejette en effet déchets et eaux usées directement dans la mer. « Quand nous étions jeunes, nous jetions une pièce dans la mer. Elle était visible », se souvient-il. « Maintenant, si un homme entre dans l’eau, on le perd de vue. »

Le Fonds mondial pour la nature (WWF), par la voix de Rab Nawaz, l’un des cadres de cette ONG au Pakistan, dénonce un « désastre environnemental à venir ». « Bundle est un lieu de nidification pour les tortues, les dauphins. Et les mangroves sont des forêts protégées au Pakistan », rappelle-t-il.

« Ce projet est un cauchemar », tonne-t-il. « Parfois, on peut réduire au maximum l’impact environnemental de certaines infrastructures. Mais à Bundle, c’est simplement impossible. »

Arif Belgaumi, un architecte et urbaniste, se souvient ainsi être allé sur l’île aux dernières marées hautes d’équinoxe. « J’avais de l’eau jusqu’au torse », commente-t-il. « Donc si vous voulez construire quelque chose ici, il faudra remblayer » le sol de plusieurs mètres sur plusieurs kilomètres carrés, une opération aux coûts environnemental et financier prohibitifs.

D’autant que Karachi, qui a connu cette année un record de précipitations durant la mousson et plusieurs jours d’inondations, n’est pas épargnée par les intempéries. En 2007, une tempête tropicale suivie d’un cyclone avaient fait des centaines de morts dans la ville.

Or les mangroves « forment une barrière contre les tsunamis », observe Arif Belgaumi. Leur préservation est donc d’autant plus « une évidence » qu’elle est « vitale pour la préservation de Karachi. » L’urbaniste a également porté plainte contre le projet gouvernemental.

©AFP

Ecrire un commentaire