L’équité parentale des manchots

Antarctique manchots

Jeunes manchots papous demandant à manger sur l’île de Greenwich, Antarctique.

Les manchots atteignent leur maturité sexuelle entre 3 et 8 ans selon les espèces. La plupart des espèces sont monogames et c’est la femelle qui choisit le partenaire. À l’exception du manchot empereur, où c’est le mâle qui couve les œufs après la ponte, les manchots montrent une remarquable équité parentale dans le soin de leur progéniture. Pendant l’incubation, qui varie d’un mois à plus de deux mois, les deux parents alternent et se synchronisent pour maintenir l’œuf au chaud. Une fois éclos, le poussin demande de grands soins et les deux parents le nourrissent en régurgitant leur pêche. Ils le maintiennent au chaud dans un repli abdominal de la peau utilisé pendant l’incubation. Chez certaines espèces, les poussins peuvent être rassemblés dans des crèches, et ainsi protégés des prédateurs et du climat. Un poussin dépend donc de ses deux parents pour survivre entre le moment de l’éclosion et l’âge où ses plumes imperméables apparaîtront, lui permettant alors de pêcher.

Extrait du livre INSPIRATION[s] sur les Objectifs de Développement Durable et le bio-mimétisme rédigé par la Fondation GoodPlanet l’Institut des Futurs Souhaitables avec le soutien de BNP Paribas Asset Management

Lisez le livre ci-dessous en intégralité.

Ecrire un commentaire

L’entomologiste Henri-Pierre Aberlenc : « on peut tout ignorer des insectes, mais c'est se priver d'une composante fabuleuse du réel »

Lire l'article