Des oiseaux meurent en masse dans le sud-ouest des États-Unis


Louisiane - Pélicans dans les bayous (Sud Nouvelle Orléans) - États Unis. ©Yann Arthus-Bertrand

Dans le sud-ouest des États-Unis, des centaines d’oiseaux ont été retrouvés morts, rapporte le Guardian. Le phénomène a pris une telle ampleur que les ornithologistes parlent de « tragédie nationale ». Ces décès en nombre concernent les espèces en cours de migration, telles que les hirondelles. Les oiseaux décédés se caractérisent par leur maigreur. Allison Salas, une diplômée de l’Université d’État du Nouveau Mexique ayant récolté des carcasses écrit dans un tweet « Ils ne sont littéralement plus que des plumes et des os ».

Parmi les hypothèses mises en avant par les spécialistes, le réchauffement climatique et les récents feux de forêt qui sévissent sur la côte ouest des États-Unis. Les oiseaux migrateurs sont obligés de faire régulièrement des haltes afin de s’alimenter. Or, la fumée des incendies a pu les contraindre à modifier leur itinéraire, ce qui les auraient conduits à mourir de faim. De plus, les conditions de sécheresse observées dans la région ont entrainé une diminution des populations d’insectes, principale ressource alimentaire de ces animaux.

Ainsi, les ornithologues s’inquiètent pour l’avenir des oiseaux migrateurs, déjà impactés par la modification des paysages de toundra où ils passent l’été et la déforestation de la forêt tropicale en Amérique du Sud où ils se rendent lors de la saison hivernale.

Les deux-tiers de la faune sauvage ont disparu en moins de 50 ans, selon le WWF

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    C’est une tragédie plus que nationale , et c’est hélas le dernier souci des gouvernements et d’une majorité de citoyens .

    • Méryl Pinque

    Le monde sauvage se meurt dans l’indifférence humaine la plus totale.

L’entomologiste Henri-Pierre Aberlenc : « on peut tout ignorer des insectes, mais c'est se priver d'une composante fabuleuse du réel »

Lire l'article