Le mot de la rédaction : suite à la publication sur GoodPlanet Mag’ de la tribune L’agriculture locale et bio est-elle vraiment meilleure pour l’environnement ?

La republication de l’article L’agriculture locale et bio est-elle vraiment meilleure pour l’environnement ? de Serge-Étienne Parent ce mardi 1er septembre vous a beaucoup fait réagir.Parmi les nombreuses réactions, nous avons entre autre reçu celle de Charles Hervé-Gruyer de la ferme du Bec Hellouin (un des pionniers de la permaculture en France)  : « Cher Yann as tu validé l’article paru ce matin dans vos dépêches ? Un coup de couteau dans le dos de l’agriculture bio ! Cela me surprend de la part de votre fondation. Je t’embrasse mon ami. Charles HG« .
Nous tenons d’abord à rappeler que GoodPlanet Mag’ est un espace de débat dont les pages sont ouvertes aux points de vue contradictoires et n’entend en aucun cas être seulement le reflet de la parole de la Fondation GoodPlanet ou de son président Yann Arthus-Bertrand. « Le site vise à apporter au public des points de repère sur les enjeux écologiques et humains majeurs de notre époque. Il offre à chacun la possibilité de trouver une information fiable, cohérente et compréhensible sur ces questions. Le site goodplanet.info présente de manière pédagogique toutes ces informations et renvoie vers d’autres sites ou documents qui fournissent un éclairage complémentaire. Il fonctionne ainsi comme un portail pour tous les domaines de l’environnement. Destiné à offrir une perspective globale sur l’information, le site propose un point de vue international à ses lecteurs. », comme nous le précisons dur notre page de présentation.

Nous invitons les lectrices et lecteurs à consulter nos pages Débattre afin de constater par eux-mêmes les pluralités de points de vues sur des sujets très divers que les questions agricoles, le climat, le nucléaire, la 5G, les villes etc… https://www.goodplanet.info/debattre/ 

Il est évident, et c’est une maladresse de notre part, que ce texte manquait d’une introduction et d’une mise en contexte préalable qui aurait permis au lecteur de comprendre qu’il s’agit bien d’une opinion exprimée par son auteur et qu’il s’insère bien dans les pages Débattre. Nous allons ajouter cette mise en contact en amont du dit texte ainsi qu’un renvoi vers cette page.  Nous pensons qu’il est utile à chacun de connaitre les arguments des uns et des autres sur tel ou tel sujet, y compris quand ces arguments n’abondent pas dans le sens de notre pensée ou de nos convictions, sans cela il n’est pas possible de débattre ou de défendre ses convictions.

Nous avons choisi de republier cet article publié initialement dans The Conversation car il donne un autre point de vue sur les questions agricoles et leur impact environnemental. Sa présence sur le site sert à alimenter un nécessaire débat sur la manière dont nous produisons et consommons notre alimentation.  Il est essentiel de permettre à chacun de s’exprimer dans le respect des autres. Merci à toutes les personnes qui ont réagi à cette publication.

Julien Leprovost 

8 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Betty Manai

    Vous avez raison mr Arthus bertrand il aurait fallu expliquer AVANT. Jsuis SI DÉÇUE

    • Michel CERF

    Julien , on peut débattre sur l’écologie mais pas la combattre en laissant dire que l’agriculture biologique pollue plus l’air , les sols , les rivières que l’agriculture intensive qui , elle , détruit la biodiversité et ruine notre santé , il m’est impossible d’être d’accord avec votre explication , considérant que Good Planète avait pour but et devoir de soutenir les actions bénéfiques pour la Planète et tous les êtres vivants .

    • Maitei

    Votre justification est faîte avec sincérité et délicatesse – à mon avis vous courez un risque énorme: l’amalgame, l’ambiguité….
    Quels sont les principes de base qui nous unissent?

    Défendre notre MÈRE TERRE est-il compatible avec les principes qui sous-tendent l’agriculture conventionelle – celle-ci attaque, dénigre sans fondements… c’est dur de le lire dans une page emblématique qui a tant fait pour l ‘écologie.

    Ce que vous proposez me rappelle la « cohabitation », cette même ambiguité est le cancer de notre culture occidentale – la même ambiguité de la colonisation, de l’usage raisonnable des armes, du racisme non avoué…

    Une grande rencontre autour de l’agroécologie était nécessaire, mais fialement nous mélangeons mélange tout, même Bayer s’en réclamme, le futur a besoin de principes clairs, la nature nous les donne…

    A SUIVRE
    merci d’avoir répondu

    • Michel CERF

    Je reste sur ma position partagée par de nombreux lecteurs , un tel article ne peut qu’inciter les vrais amoureux de la nature à quitter Good Planète .

    • Sorlekua

    Il y a quelques années un éminent personnage nommé Claude Allègre sévissait en niant le réchauffement climatique et en jetant le trouble auprès des gens. Il en va de même, attention à ne pas désinformer sous prétexte de débattre. Nous n’avons plus de temps à perdre, il faut agir rapidement à présent.

    • TABOTABOURDE François

    L’article qui a crée tant de vagues au sein de vos lecteurs me semble rationnel et basé sur des faits. Mais sa place au sein de votre publication est tout à fait justifiée, et si on n’est pas d’accord, pour des raisons émotionnelles bien compréhensibles, on doit le faire argument contre argument. La pensée unique est contraire à l’esprit critique dont personne ne doit se dispenser. On peut acheter de la nourriture bio tout en se demandant comment on pourra à terme nourrir 12 milliard de terriens.

    • Michel CERF

    L’esprit critique , la liberté d’expression , les arguments contradictoires sont parfaitement légitimes dans les commentaires des lecteurs mais un article anti-écolo n’a pas sa place en première page de Good Planète , sinon la Fondation perd sa vocation première qui est d’oeuvrer pour le respect de la nature et la santé des humains , lesquels si nombreux mourront de faim quand la Terre ne sera plus qu’un désert sans vie .

    • Matthias Carpentier

    Il est inconcevable qu’un tel article soit publié. Outre que l’auteur avance ses idées sans sources objectives et données chiffrées, il laisse délibérement de côté les questions de retournement et de destructuration des sols par le labourage en conventionnel, l’utilisation des pesticides qui tue les sols et toute vie. Je genre d’article n’a pas sa place sur Goodplanet, le prétexte du droit au débat n’est pas une raison pour amener tout et n’importe quel article et contre-vérité.

Jaunisse de la betterave : Tereos a retardé le démarrage de sa campagne 2020/21

Lire l'article

L’agriculture bio labellisée AB est le modèle le plus rentable et le plus performant, d’après une analyse de France Stratégie

Lire l'article