GIEC : Le COVID-19 repousse le 6e rapport sur le climat à après la COP 26

réchauffement climatique

Motifs polygonaux sur le sol dans la Beacon Valley, McMurdo Dry Valleys, Antarctique (77°50' S - 160°50' E). © Yann Arthus Bertrand

La pandémie de COVID-19 et les restrictions et confinements subséquents ont retardé le travail du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), dont le 6e rapport d’évaluation devrait être repoussé à après la COP 26 de Glasgow.

Selon le calendrier initial, le 6e rapport d’évaluation du groupe aurait dû pouvoir paraître à l’automne 2021. Cette publication aurait pu coïncider avec la COP 26 de Glasgow, reportée de novembre 2020 à novembre 2021 du fait de la pandémie de coronavirus.

Or, les confinements et mesures liées au COVID-19 ont aussi entravé la production du rapport, malgré les tentatives du GIEC de poursuivre leur travail en virtuel, explique un article de Novethic. « Ce travail est encore compliqué par l’impact de la pandémie sur la communauté scientifique au sens large, ce qui retarde la production de littérature scientifique à évaluer dans notre rapport« , détaille Priyadarshi Shukla, coprésidente du Groupe de travail III.

Ainsi, seulement 1 tome du rapport sur les 3 pourrait être prêt pour juillet 2021, les autres étant reportés à fin 2022. Les dirigeants des pays de la communauté internationale ne pourront pas s’appuyer sur ce rapport pendant la conférence de Glasgow.

Le retard devrait cependant toujours permettre une publication de la synthèse du sixième rapport d’évaluation à temps pour le bilan mondial de l’Accord de Paris sur le Climat, en 2023.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean-Pierre Bardinet

    Très bien : on ne va pas subir de suite la Grosse Propagande GIECquienne lors des COP (qui ne servent à rien), de la sortie du rapport scientifique et, surtout, du résumé pour les décideurs, ce document sans aucune valeur scientifique mais qui est considéré comme la Sainte Parole de l’Eglise Réchauffiste.

    • Méryl Pinque

    Mon pauvre Bardinet.

La banquise de mer tarde à se reconstituer en Arctique

Lire l'article

New Delhi s'étouffe sous un épais brouillard de pollution

Lire l'article