Incendie contenu près de Marseille, 2.700 personnes évacuées

incendie La Couronne

Un homme tente de maitriser le feu avant d'être évacué de sa maison à La Couronne, près de Marseille le 4 août 2020 où un violent incendie ravage l'ouest de la ville © AFP Xavier LEOTY

Martigues (AFP) – Des familles choquées après avoir été évacuées de leur maison ou de campings au bord de mer, des pompiers sur le front toute la nuit : un violent incendie près de Marseille a ravagé plus de 1.000 hectares mais était sur le point d’être « fixé » mercredi.

« Le feu est contenu » et devrait être fixé rapidement, a déclaré à la presse un responsable des pompiers des Bouches-du-Rhône mercredi matin à Martigues, depuis le centre opérationnel.

Au moins 2.700 personnes, dont de nombreux touristes français et étrangers, ont dû être évacuées dans la nuit pour échapper aux flammes dévorant la Côte bleue, une zone des bords de la Méditerranée bordée de pins et de massifs forestiers, à l’ouest de Marseille. Un établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) a également dû être évacué.

Certains vacanciers ont dû être extrait des campings et plages par la mer par la police, aidée des marins-pompiers de Marseille.

« C’était la panique, on a du descendre sur la plage et on voyait les flammes se rapprocher », a expliqué à l’AFP Maryse Escuder, 83 ans, en vacances avec sa famille et ses arrière-petits enfants au camping de La Source, et qui s’est retrouvée à dormir dans un gymnase de Martigues.

« J’ai commencé par sentir l’odeur de fumée et ensuite j’ai vu les flammes », raconte Marc Lorenz, un père de famille allemand venu en vacances avec sa femme et ses trois enfants. Eux aussi ont été évacués pour dormir sur des lits de camp dans ce gymnase.

Mercredi matin, de nombreuses familles étaient encore dans les lieux d’accueil ouverts par Martigues et les villes de Sausset-les-Pins et Carry-le-Rouet, sous le choc, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Pas de blessé grave à déplorer, mais les dégâts matériels restent à évaluer », ont indiqué les pompiers.

Enquête

« Nous attendons de voir quand les gens pourront rentrer, certains campings et des maisons ont été endommagés, les pompiers sont toujours en action », a indiqué à l’AFP la responsable communication de la mairie de Martigues, Bénédicte Gameaux.

Quelque 1.800 soldats du feu ainsi que des avions bombardiers d’eau ont mené une lutte d’arrache-pied contre cet incendie qui s’est déclaré mardi vers 17H00.

En raison du fort vent, le feu a rapidement progressé -jusqu’à huit kilomètres en deux heures- et menacé plusieurs localités du bord de la Méditerranée, « les flammes s’engouffrant dans les quartiers péri-urbains, entre des habitations et des campings », ont relaté les pompiers.

Déployés massivement depuis ce week-end en raison des fortes chaleurs et des vents violents, les pompiers des Bouches-du-Rhône assistés de renforts de l’Est de la France, ont dû faire face à plusieurs autres départs de feu au même moment mardi soir.

Un second incendie qui s’était déclaré proche de la zone industrielle du port de Marseille-Fos a dévasté 130 hectares, détruisant ou endommageant une maison et plusieurs entreprises, ont indiqué les pompiers mercredi.

Quatorze pompiers ont été légèrement blessés ou intoxiqués par les fumées au cours des opérations. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, venu en pleine nuit, a rendu hommage aux pompiers et policiers engagés dans la lutte contre le feu et les évacuations.

La direction départementale de la Sûreté publique (DDSP13) est chargée de l’enquête sur les causes de l’incendie, a indiqué à l’AFP son porte-parole, Arnaud Louis. Toutes les pistes sont étudiées.

Entre 2015 et 2019, 9.300 ha de forêt ont brûlé en moyenne chaque année dans les départements du littoral méditerranéen français.

© AFP

Ecrire un commentaire

Après des années de captivité, deux bélugas redécouvrent la liberté en Islande

Lire l'article