Une nappe de pollution en Méditerranée après la fuite d’un agent chimique près de Martigues

Lavéra

Site du complexe pétrochimique Lavéra à Martigues (Bouches-du-Rhône), le 2 mai 2018 © AFP/Archives BORIS HORVAT

Marseille (AFP) – Une fuite d’agent chimique corrosif s’est produite dans la nuit de mercredi à jeudi au sein du complexe pétrochimique Lavéra, à Martigues (Bouches-du-Rhône), a annoncé l’industriel Kem One. Cela a conduit à la formation d’une nappe acide polluante de quelques hectares dans la Méditerranée.

Cette fuite a été détectée à 01h50 « au niveau d’un bac de stockage de solution de chlorure ferrique au sein de l’atelier de production du site de Kem One à Lavéra », précise le groupe industriel, numéro deux européen du PVC, dans un communiqué transmis jeudi à l’AFP.

« Un épandage accidentel de cette fuite vers le réseau d’égout pluvial s’est produit, ayant entraîné un rejet liquide vers l’anse d’Auguette », ajoute-t-il. Ce produit chimique hautement corrosif est utilisé notamment pour le traitements des eaux usées. Il s’est transformé en solution acide marron au contact de la mer. Cela a formé une nappe toxique d’environ six hectares dans la Méditerranée, au niveau de l’anse d’Auguette.

Quarante hommes du bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM) et dix sapeurs pompiers ont été envoyés sur le site. L’incident n’a fait aucun blessé, selon le groupe Kem One. Une enquête est en cours pour préciser les circonstances de cette fuite, qui a cessé d’être alimentée.

La préfecture maritime de la Méditerranée a également dépêché un bâtiment de soutien et d’assistance, spécialisé dans la dépollution en mer. Il devrait arriver autour de 15h00 sur le site pour évaluer la nature et la dangerosité de cette nappe.

Le site pétrochimique Lavéra fait partie de l’un des plus gros complexes industriels d’Europe, autour de l’Étang de Berre. Ce complexe génère une pollution suscitant régulièrement les craintes des habitants des environs. En octobre 2019, certains d’entre eux avaient notamment attaqué en justice quatre industriels, le chimiste Kem One, ArcelorMittal, Esso et le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer, pour « trouble du voisinage ».

© AFP

À lire également :

Les habitants de Fos-sur-Mer surexposés à trois polluants industriels

Fos-sur-Mer : l’état de santé des habitants « fragilisé » dans la zone industrielle, selon les autorités

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Méryl Pinque

    Un écocide de plus !
    Punissons les écocidaires à la hauteur de leurs crimes !

Pollution : les eaux du port d'Ajaccio sous surveillance 24 heures sur 24

Lire l'article