Legacy, le film événement de Yann Arthus-Bertrand, retrouvez nos news et interviews exclusives sur le documentaire dont tout le monde parle

Podcast : Le pouvoir calmant des forêts


Charlevoix -Forêt en automne - Quebec - Canada © Yann Arthus-Bertrand

Podcast : Le pouvoir calmant des forêts

Felix Mittermeier/pexels

Christophe Rodo, Aix-Marseille Université (AMU)

 

Après une promenade en forêt, vous vous êtes peut-être senti plus détendu et apaisé. Mais d’où peut bien provenir cette sensation ?

Il a été mis en évidence que la présence de certaines molécules dans l’air des forêts ou l’écoute de bruit de la nature et de chants d’oiseaux pouvaient être corrélées avec des effets physiologiques sur notre organisme.

Certes, mais plus que tout cela, plus que ces odeurs, plus que ces sons spécifiques, serait-il possible que la forêt puisse en elle-même également cacher des éléments visuels stimulants directement notre cerveau et nous calme ?

En moins de 10 minutes, avec cet épisode, découvrez les résultats d’une étude scientifique récente qui semblent montrer que la simple vision de photographie de forêt pourrait avoir un impact sur notre fonctionnement physiologique et cérébral.


Un podcast en partenariat avec La tête dans le cerveau dont toutes les références scientifiques sont à retrouver sur Cerveau en Argot.

Christophe Rodo, Jeune chercheur ATER terminant une thèse en neurosciences à Aix-Marseille Université, au sein du Laboratoire de Neurosciences Cognitives, de l’Institut de Neurosciences des Systèmes et de l’Institut des Sciences du Mouvement, Aix-Marseille Université (AMU)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Pas besoin d’étude scientifique pour ressentir les bienfaits d’un bain de forêt même en regardant une simple photo .

    • Méryl Pinque

    Est-ce parce que les forêts disparaissent à vitesse V que les humains deviennent de plus en plus excités ?…
    Je plaisante à peine.
    Plus nous assassinons la nature, plus c’est nous-mêmes que nous tuons.

Le déclin des populations de requins laisse un "trou croissant" dans la vie océanique

Lire l'article