La baleine morte près de Montréal probablement heurtée par un bateau

baleine montreal collision bateau

La carcasse de la baleine à bosse retrouvée morte à l'est de Montréal, a été autopsiée le 10 juin 2020 à Sainte-Anne-de-Sorel, au bord du Saint-Laurent, avant d'être chargée à bord d'un camion pour être transportée vers une décharge spécialisée © AFP Eric THOMAS

Sorel (Canada) (AFP) – Une baleine à bosse qui avait conquis le coeur des Montréalais avant d’être retrouvée morte mardi dans le fleuve Saint-Laurent près de Montréal, a probablement été victime d’une collision avec un bateau, a indiqué mercredi le vétérinaire qui a dirigé sa nécropsie.

[À lire aussi  Michel André, bio-acousticien alerte sur la pollution des océans par le bruit : « le monde du silence n’existe pas »  ]

« Le diagnostic, pour l’instant, est une suspicion de collision avec un bateau », a dit Stéphane Lair, vétérinaire de l’Université de Montréal chargé de l’analyse de la baleine, une femelle de dix mètres pesant 17 tonnes et âgée de 2 à 3 ans.

La carcasse de l’animal, dont les sauts avaient émerveillé des centaines de curieux à Montréal ces derniers jours, avait été récupérée dans le fleuve Saint-Laurent et glissée sur la berge mardi soir à Sainte-Anne-de-Sorel, à 90 km à l’est de Montréal.

« L’animal présentait quand même des signes de traumatismes possibles (…) qui suggèrent fortement que l’animal a été frappé par un bateau », a-t-il précisé.

Un rapport de nécropsie censé être produit « d’ici un ou deux mois » devrait fournir « un diagnostic plus précis », a-t-il ajouté.

Son équipe ne pourra cependant procéder qu’à « une quantité d’analyses (…) assez limitée au niveau des organes internes » de l’animal, en raison de son « état de décomposition assez avancé ».

La baleine, aussi appelée rorqual à bosse, avait été vue dimanche pour la dernière fois. 

« On ne sait pas ce qui s’est passé », a souligné le biologiste Robert Michaud, coordonnateur du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM), association mandatée par le gouvernement canadien pour la protection des cétacés du Saint-Laurent.

« On savait que c’était un animal qui était en bonne santé », qui n’avait « pas de problèmes de maladies chroniques », a-t-il néanmoins rappelé.

Il y avait « très peu d’options » d’interventions, selon lui, compte tenu que « l’animal a fait une série de choix, de décisions ou d’erreurs qui l’ont amené à Montréal ».

« C’est un phénomène pas très fréquent, mais régulier » chez les jeunes baleines que d’aller explorer des milieux ne constituant pas leur habitat naturel, a-t-il ajouté.

Pour M. Michaud, « l’histoire de la cohabitation avec les baleines dans le Saint-Laurent », où on dénombre 13 espèces de cétacés, « c’est un grand enjeu ».  « Son passage à Montréal va peut-être mettre en lumière la difficulté de cette cohabitation » sur cet axe important de transport maritime vers l’intérieur du continent.

Il a dit espérer que l’animal aura laissé « un héritage heureux » de son passage à Montréal en faisant prendre conscience à « beaucoup de gens » qu’à « seulement 450 km en aval du pont Jacques-Cartier vivent des animaux magnifiques ».

« C’est important de regarder ça de façon positive », a renchéri M. Lair en soulignant que la baleine à bosse « avait presque complètement disparu » suite à une « chasse intensive » et qu’elle n’est plus aujourd’hui « menacée ».

« La population a connu une augmentation assez importante dans les dernières décennies suite à des mesures de conservation », a-t-il dit.

© AFP

Ecrire un commentaire

Brigitte Gothière, directrice de L214, explique pourquoi recourir à un Référendum d’Initiative Partagée pour défendre les animaux et interdire les élevages intensifs en France en 2040

Lire l'article