Besançon : naissance exceptionnelle d’un petit singe Langur de François

singe langur de françois naisance zoo bessaçon

Le petit singe Langur de François né au zoo de Besançon, dans les bras de sa mère, le 27 avril 2020 à Besançon © AFP SEBASTIEN BOZON

Besançon (AFP) – Un bébé Langur de François est né le 18 mars au zoo du muséum de la Citadelle de Besançon, une naissance « exceptionnelle » pour cette espèce de singes en danger d’extinction, vivant en Chine et au Vietnam, a indiqué lundi l’établissement.

Sous le regard de son père, Johan, et bien agrippé à sa mère, Ping, le petit mâle à la tête rousse effectue ses premières sorties dans son enclos, alors que le zoo de Besançon demeure désert et paisible en raison du confinement.

« Il s’agit d’une naissance exceptionnelle pour ces primates dont il ne subsisterait que 2.000 individus dans la nature, et 133 en institutions zoologiques dans le monde », indique le muséum dans un communiqué.

Le Langur de François, du nom d’un consul de France en poste dans le sud de la Chine au XIXe siècle, est une espèce « menacée par la destruction de son habitat naturel » – par l’agriculture et l’exploitation minière – et par « la chasse alimentant la pharmacopée chinoise traditionnelle », précise-t-il.

Le jeune mâle est le premier de son espèce à voir le jour à la Citadelle, dont le jardin zoologique est le seul établissement français à présenter ces Langurs. Cette naissance est la quatrième de cette espèce en captivité en Europe et la cinquième dans le monde.

Ses parents, Ping, cinq ans, et Johan, 15 ans, sont tous deux nés au Royaume-Uni et sont arrivés à la Citadelle respectivement en 2018 et 2012.

D’après les soignants du zoo, le pelage roux du bébé Langur de François à la naissance disparaîtra après quelques semaines pour devenir aussi noir que celui de ses parents.

A l’état sauvage, cette espèce vit dans les collines karstiques de la région du sud-ouest de la Chine jusqu’au nord-est du Vietnam. Ils vivent en bande d’une douzaine d’individus en moyenne, dirigées par les femelles, qui élèvent les jeunes ensemble.

Ces singes vivent dans des grottes creusées par les pluies dans les falaises de calcaire, et se nourrissent essentiellement de feuilles, bourgeons, écorces et racines.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Méryl Pinque

    Les zoos sont l’équivalent des réserves indiennes.
    Il faut protéger les espaces sauvages, lieux de vie des animaux. Et non construire des prisons en se targuant d’agir au nom des prisonniers qu’on y enferme.

Brigitte Gothière, directrice de L214, explique pourquoi recourir à un Référendum d’Initiative Partagée pour défendre les animaux et interdire les élevages intensifs en France en 2040

Lire l'article