Vagues de chaleur : des poissons plus sensibles que d’autres

Barrière de corail, Queensland, Australie (17°01’ S - 146°10’ E). © Yann Arthus-Bertrand / Altitude
Barrière de corail, Queensland, Australie (17°01’ S - 146°10’ E). © Yann Arthus-Bertrand / Altitude
Barrière de corail, Queensland, Australie (17°01’ S - 146°10’ E). © Yann Arthus-Bertrand / Altitude

Les différentes espèces de poissons résistent inégalement aux vagues de chaleur. C’est ce que conclut une nouvelle étude du Centre d’Excellence pour les Etudes sur les Récifs Coralliens de l’Université James Cook. En utilisant des techniques d’analyse génétique sophistiquées, l’étude a comparé la réaction des populations de poissons sauvages lors de la grande vague de chaleur marine de 2016 qui a tué un tiers des coraux de la Grande barrière de corail. Selon Sciencedaily, ce travail montre la résistance inégale des poissons face aux vagues de chaleur.

Les chercheurs ont étudié les variations dans l’expression de milliers de gènes de cinq espèces de poissons prélevés avant, pendant et après la canicule de 2016. « Les changements dans l’expression des gènes nous indiquent comment un animal réagit physiologiquement à un choc environnemental, tel qu’une vague de chaleur », a déclaré l’un des coauteurs, Dr Celia Schunter de l’Université de Hong Kong.

Les résultats révèlent que les poissons-damoiseaux épineux ont réagi à la hausse des températures en modifiant l’expression de milliers de gènes. Cette adaptation montre que cette espèce marine est particulièrement sensible aux vagues de chaleur. L’étude suggère également que les populations de poissons sont influencées par l’intensité d’une vague de chaleur et par sa durée. Or, la fréquence et de l’intensité des vagues de chaleur devraient croître en raison du réchauffement climatique.

Ecrire un commentaire

Dans un sanctuaire centrafricain, chercheurs et pygmées alliés pour sauver le pangolin

Lire l'article