Projet de simplification pour chasser sangliers et chevreuils l’été

sangliers

Le gouvernement veut simplifier la procédure pour ouvrir la chasse aux sangliers et chevreuils dès le 1er juin au lieu de la fin de l'été © AFP/Archives JOEL SAGET

La chasse anticipée aux sangliers et chevreuils au 1er juin, qui nécessite des autorisations individuelles, pourrait être simplifiée selon un projet de décret actuellement mis à consultation du public, qui prévoit aussi d’interdire le nourrissage des sangliers.

Ce projet de décret, soumis à consultation publique jusqu’au 3 mars, indique que les dommages agricoles dus au grand gibier sont « estimés à 30 millions d’euros par an » et « propose de nouveaux outils pour améliorer la situation ».

Actuellement, la date d’ouverture de la chasse varie selon les départements, entre fin août et septembre. La chasse aux sangliers et aux chevreuils peut être ouverte de façon anticipée à compter du 1er juin, mais cela nécessite que chaque chasseur obtienne une autorisation préfectorale. Le projet de décret supprime « l’autorisation individuelle de chasse anticipée ».

« La période de chasse reste la même, mais la question des autorisations préfectorales accordées pour pouvoir chasser le grand gibier à partir du 1er juin est supprimée », a expliqué à l’AFP Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité (OFB). « Il y a un très gros problème avec les sangliers, qui s’ajoute à d’autres problèmes pour les agriculteurs », a-t-il rappelé.

Avec des hivers plus doux, de la nourriture plus abondante, des lâchers de sangliers par les chasseurs par le passé, la population de cet animal s’est multipliée dans l’Hexagone au cours des dernières décennies: 36.000 étaient tués par an au début des années 1970, 750.000 en 2017.

Les sangliers provoquent des dégâts, en particulier sur le maïs, le blé tendre et les prairies, tandis que le chevreuil provoque plutôt des dégâts sur les arbres en forêt. Les chasseurs sont tenus d’indemniser les agriculteurs pour les dommages causés aux cultures.

Le projet de décret prévoit aussi l’interdiction du « nourrissage en vue de concentrer des sangliers sur un territoire ».

Pour la Ligue de protection des oiseaux (LPO), « le gouvernement veut offrir l’été aux chasseurs ». Pour réduire la population de sangliers, elle propose à la place « l’interdiction totale de l’agrainage (nourir, NDLR) des sangliers et de leur élevage », « la fin des enclos de chasse » et « laisser leur prédateur le loup se développer au lieu de vouloir en tuer toujours plus ».

© AFP

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    D’accord avec la LPO , hélas les éleveurs , les cultivateurs et les chasseurs ne comprennent rien au fonctionnement de la biodiversité , sont responsables de son déséquilibre , de l’empoisonnement des sols et des consommateurs .

    • greg

    En fait bientôt on ne pourra se promener dans les bois sans risquer de se faire plomber toute l année. Ils sont forts ces chasseurs, merci à Macron ce soit disant ecolo. Les élections approchent alors au lieu d écouter la lpo qui ne lui rapporte pas de voix, il continue de soigner le lobby des chasseurs. C’est triste. Bienvenue dans nos forêts 🔫

    • Marie Koenig

    C’est absolument ignoble!!!! NON NON et NON!! Nous ne voulons pas de cette activité barbare en été et jamais d’ailleurs. L’humain n’a pas le droit de vie et de mort sur la Nature et pourtant c’est fait courant et PERSONNE, au gouvernement, ne fait quoi que ce soit pour arrêter les horrueurs perpétrées envers les animaux. Mais que se passe t il donc dans leur cerveau? Si ils ont ont un!!!!!!!!!

    • sorlekua

    Une évidence, d’un côté ils détruisent les prédateurs de ces animaux, et de l’autre ils les nourrissent, font que ceux-ci se multiplient, puis ils ont le culot de demander que pour remédier à tout cela, ils puissent chasser l’été. Démoniaques, ils sont ! Tout ça pour faire joujou, les grands enfants.

    • Meryl

    Macron sert le lobby chasse, incarné par Thierry Coste et le gros Willy Schren. Il faut avoir honte pour la France.

    • Meryl

    Le lobby chasse a tous les pouvoirs grâce à Macron.

Dans un sanctuaire centrafricain, chercheurs et pygmées alliés pour sauver le pangolin

Lire l'article