Inde: mort de l’ex-chef du Giec Rajendra Pachauri

Rajendra Pachauri, le président du groupe d'experts de référence sur le changement climatique (Giec), lors d'une conférence à Oslo, en Norvège, le 6 juin 2011 © Scanpix Norway/AFP/Archives Stian Lysberg Solum

Rajendra Pachauri, le président du groupe d'experts de référence sur le changement climatique (Giec), lors d'une conférence à Oslo, en Norvège, le 6 juin 2011 © Scanpix Norway/AFP/Archives Stian Lysberg Solum

L’Indien Rajendra Pachauri, ancien président du groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec) de l’ONU, est décédé jeudi à l’âge de 79 ans, a annoncé sa famille.

Pachauri était salué pour sa contribution pendant des décennies à la recherche scientifique mondiale sur le réchauffement climatique, notamment à la tête du Giec qui avait reçu le prix Nobel de la paix en 2007 sous sa présidence.

Sa fin de sa carrière avait cependant été ternie par des souçons d’agression sexuelle, pour lesquelles une procédure judiciaire était en cours en Inde. Ces accusations émanant d’une collègue, qu’il démentait, l’avaient forcé à démissionner de la présidence du Giec en 2015.

Formé comme ingénieur et économiste dans des universités prestigieuses en Inde et aux États-Unis, Pachauri tirait particulièrement la sonnette d’alarme sur les conséquences du réchauffement climatique dans les nations les plus pauvres.

En récompensant le Giec aux côtés de l’ancien vice-président américain Al Gore en 2007 pour leur travail sur le climat, le comité Nobel avait salué la façon dont ils avaient posé « les fondations pour les mesures nécessaires à contrer un tel changement ».

Nitin Desai, directeur de The Energy and Resources Institute, un prestigieux centre d’études indien sur l’environnement que Pachauri a longtemps dirigé, a salué sa contribution « sans parallèle » à la campagne internationale pour le développement durable.

« Son leadership du Giec a posé les bases de la discussion actuelle sur le changement climatique », a-t-il déclaré.

Rajendra Pachauri s’est éteint jeudi soir dans un hôpital de la capitale indienne New Delhi où il avait été opéré du cœur cette semaine.

© AFP

Ecrire un commentaire

En Antarctique, multiplication inquiétante de records de chaleur

Lire l'article