Bangladesh: la capitale Dacca noyée par des affiches électorales plastifiées

affiches électorales plastifiées dans les rues de Dacca

Des centaines de millions affiches électorales plastifiées dans les rues de Dacca, le 29 janvier 2020 au Bangladesh © AFP Munir UZ ZAMAN

La capitale du Bangladesh, Dacca, est noyée par des centaines de millions d’affiches plastifiées à l’approche des élections locales prévues samedi et des militants s’inquiètent des conséquences néfastes pour l’environnement.

Estimées à environ 304 millions, ces affiches vont finir dans les égouts et les rivières, s’emporte Sharif Jamil, secrétaire général du Bangladesh Environment Movement.

« Et si les affiches sont brûlées, cela va polluer l’air », note-t-il. La qualité de l’air à Dacca est parmi les plus mauvaises au monde.

« Il va falloir 400 ans avant que ces affiches ne se décomposent », souligne Sharif Jamil.

Chaque affiche contient environ deux grammes de propylène, un hydrocarbure utilisé entre autres pour la fabrication de matières plastiques polymérisées, indique l’Organisation pour l’Environnement et le Développement Social (ESDO).

Son porte-parole, Hossain Shahriar, a déclaré à l’AFP que les affiches ne sont pas biodégradables voire recyclables.

La semaine dernière, la Cour suprême du Bangladesh a ordonné l’arrêt de la production d’affiches plastifiées. Mais sans conséquences majeures. Des affiches en noir et blanc continuent d’être apposées et d’envahir Dacca, métropole de 18 millions d’habitants.

Pour sa part, le chef de la décharge municipale, Manjur Hossain, a assuré dans une déclaration à l’AFP que les autorités allaient s’occuper de ce problème après les élections.

© AFP

Ecrire un commentaire

La pollution de l’air coûte chaque année 166 milliards d’euros par an en Europe

Lire l'article