Brésil: nouveau déluge dans le sud-est, Belo Horizonte inondée

déluge brésil

Les dégâts provoqués par les inondations, le 29 janvier 2020 à Sao Pedro, dans la banlieue de Belo Horizonte, au Brésil © AFP DOUGLAS MAGNO

Un nouveau violent orage s’est abattu dans la nuit de mardi à mercredi sur l’Etat brésilien du Minas Gerais (sud-est), inondant les principales artères de sa capitale Belo Horizonte et portant le nombre des morts à 53 depuis vendredi.

Pendant trois heures en début de soirée, 117,4 millimètres de précipitations se sont abattus sur cette ville de 2,5 millions d’habitants.

Janvier n’est pas encore terminé, mais il s’agit déjà du mois le plus pluvieux à Belo Horizonte depuis le début des relevés, il y a 110 ans.

Le dernier bilan officiel des autorités fait état de 53 morts, contre 52 mardi soir, 65 blessés, deux disparus et de près de 47.000 personnes ayant dû quitter leur domicile depuis le premier déluge, dans la nuit de jeudi à vendredi derniers.

Mardi, les autorités avaient recensé 32.300 personnes évacuées, ce qui signifie qu’environ 15.000 de plus se trouvent à présent dans ce cas de figure.

Des images spectaculaires de l’orage de mardi soir circulaient sur les réseaux sociaux : le toit d’un centre commercial s’est effondré, sans faire de victimes, et des véhicules ont été emportés par le courant dans des rues transformées en rivières.

Les pompiers continuaient de travailler inlassablement mercredi matin pour tenter de secourir des victimes dans les zones les plus exposées.

Certaines personnes ont quitté leur appartement en raison d’une forte odeur de gaz, a constaté l’AFP.

Bruno Almeida, un serveur dans un restaurant, a dû porter sur son dos plusieurs clients assis en terrasse qui risquaient d’être emportés par le courant.

« J’ai vu un torrent qui a commencé à emporter des gens et des voitures. Heureusement, j’ai pu sauver trois ou quatre clients en les portant vers l’intérieur du restaurant », a-t-il expliqué à l’AFP.

Ces précipitations exceptionnelles sont dues à un phénomène climatique assez rare : la rencontre d’un front pluvieux avec un système de basse pression au-dessus de l’océan atlantique.

Ce front pluvieux est la Zone de Convergence de l’Atlantique Sud (ZCAS), qui va de la forêt amazonienne, dans le nord du Brésil, vers le sud-est, à plusieurs milliers de kilomètres de là.

© AFP

Ecrire un commentaire

Sydney, en pleine canicule, enregistre sa nuit de novembre la plus chaude

Lire l'article