La Malaisie renvoie 150 conteneurs de déchets vers plusieurs pays dont la France

conteneurs déchets plastiques

Des déchets plastiques en provenance d'Australie, le 28 mai 2019 à Port Klang, en Malaisie © AFP/Archives Mohd RASFAN

La Malaisie a renvoyé 150 conteneurs de déchets plastiques illégaux vers leurs pays d’origine, dont 43 vers la France, ont annoncé lundi les autorités en soulignant que le pays d’Asie du Sud-Est ne voulait pas devenir une « décharge » pour les pays développés.

Les pays de la région peinent à faire face à l’arrivage massif de conteneurs de déchets depuis la décision de la Chine en 2018 de cesser l’importation de déchets plastiques destinés à son industrie du recyclage, obligeant les pays développés à trouver de nouvelles destinations pour leurs déchets.

Les autorités malaisiennes « vont prendre les mesures nécessaires pour s’assurer que la Malaisie ne devienne pas la décharge du monde », a souligné la ministre de l’Environnement Yeo Bee Yin.

Le ministère de l’Environnement « continuera à se battre contre la pollution, notamment les déchets plastiques », a-t-elle expliqué à des journalistes depuis la ville de Butterworth, qui abrite un port important dans le nord du pays et d’où plusieurs conteneurs sont partis.

La Malaisie a indiqué avoir renvoyé 150 conteneurs contenant quelque 3.737 tonnes de déchets, dont 43 vers la France, 42 vers le Royaume-Uni, 17 vers les Etats-Unis et 11 vers le Canada.

Le pays compte en expédier encore 110 prochainement, dont 60 vers les Etats-Unis, a relevé la ministre.

Le marché mondial du recyclage a été plongé dans le chaos après la décision de la Chine de fermer sa porte à la majorité des types de déchets plastiques en 2018. De nombreuses entreprises chinoises de recyclage ont été délocalisées en Malaisie, entraînant un afflux de déchets souvent illégal.

Les capacités de recyclage en Malaisie sont bien inférieures aux arrivages et certaines localités sont submergées par les déchets.

Les pays exportateurs de déchets et les compagnies maritimes ont assumé le coût du retour des conteneurs, selon la ministre.

« Nous ne voulons pas payer un seul centime. Les gens envoient des ordures chez nous, nous ne sommes pas censés payer pour les renvoyer », a déclaré Mme Yeo.

Plusieurs pays d’Asie du Sud-Est ont pratiqué la même politique ces derniers mois.

L’Indonésie a réexpédié plusieurs centaines de conteneurs vers leurs pays d’origine et les Philippines ont renvoyé l’été dernier au Canada un cargo contenant une soixantaine de conteneurs après un long conflit.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Courty

    Ces pays n’oublient-ils pas un peu facilement qu’ils sont eux-mêmes les recycleurs de ces déchets, pour en faire des produits dont ils inondent à bas prix les pays qui leur en renvoient les restes après usage ?

    • maitei

    ton commentaire me parait un outrage, à une observation fondamentale que l’auteur devarit peut-être mentionner:
    Quand penserons-nous à DÉCOLONISER nos politiques, notre maniére de penser et agir????

    • Balendard

    Cette altercation entre
    est une opportunité de mettre en valeur le fait qu’il y a environ une dizaine d’années Nicolas Hulot avait avec lucidité mis en avant l’utilité du recyclage des déchets.
    Le mot local n’avait peut-être pas été prononcé à l’époque mais ce mot semble bien relever à ce sujet du bon sens. et ceci même si la quantité d’énergie pour transporter la matière par voie maritime est nettement plus faible qu’avec l’avion

La pollution de l’air coûte chaque année 166 milliards d’euros par an en Europe

Lire l'article