D’ici 2050 les éléphants d’Afrique pourraient disparaitre

À cause du braconnage, les éléphants d’Afrique pourraient disparaître au 21e siècle. Depuis 1989 et le classement de l’éléphant d’Afrique dans la liste des espèces menacées, le commerce international de l’ivoire est interdit, mais des trafics illégaux subsistent, notamment vers l’Asie. Les acheteurs prêtent des vertus médicinales à l’ivoire vendu plusieurs milliers de dollars le kilogramme. Des réseaux criminels internationaux déploient d’importants moyens pour obtenir les précieuses défenses qui les enrichissent. La violence fait des victimes de part et d’autre et alimente une course aux armements sur le continent entre les braconniers et les rangers. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), les populations d’éléphants s’élevaient à 470 000 individus en 2013, contre 550 000 en 2006.

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Courty

    Une telle vision du problème n’est-elle pas exagérément simplificatrice et réductrice ?
    Ne s’agit-il pas plus simplement des conséquences d’une surpopulation humaine, plus manifeste en Afrique que partout ailleurs dans le monde, défavorable à la biosphère et s’ajoutant, à l’égard des éléphant comme d’autres espèces aux actions de braconnage, et non le contraire ?
    Le tabou touchant les questions de population, et a-fortiori de surpopulation, est décidément toujours aussi présent !

      • vadrot claude-marie

      Fort heureusement, les théories sur la « surpopulation », celles de Paul Erlich et de quelques autres parfois récrutées chez les écolos n’ont plus vraiment cours. Car évidemment pour ces gens, le surnombre est toujours dans les pays pauvres !!!!

        • Claude Courty

        La Population africaine aura doublé au cours des 20 prochaines années et quadruplé en un siècle, que vous faut-il de plus pour vous ouvrir les yeux ?

    • pelerins

    OUI vous avez raison Claude COURTY , il est temps d’ouvrir les yeux, car nos 7 milliards de pillards sont un vrai danger, pour les espèces et espaces qui disparaissent pour laisser place à ce fléau vorace .
    Et en Afrique on sait aussi que les guerres se sont développées aussi du fait d’une explosion démographique exemple le RWANDA qui a multiplié par 10 sa population en quelques décennies .
    Le tabou sur la démographie est en train de se lever, Jean loup BERTHEAU chercheur au CNRS vient de publier  » Migrants et démographie le sujet tabou ».
    Il est temps d’aspirer à un équilibre, afin de pouvoir cohabiter en harmonie avec les autres espèces et avec une nature sauvage, offrant de grands espaces naturels préservés.
    Car l’homme n’est pas sur terre pour bouffer et s’entasser, mais pour une vie sereine parmi et avec les autres espèces.
    Et n’oublions pas aussi de revoir notre alimentation excessive en viande et en poisson, qui maltraite animaux et planète. OUI ,moins de viande pour un monde moins saignant.

    I

Mort de 380 cétacés coincés dans une baie en Tasmanie, selon un bilan des sauveteurs

Lire l'article