Les populations de gorilles de Grauer ont chuté de 77 % en 20 ans

gorille
Le gorille de Grauer, une sous-espèce menacée © Wikimedia Commons - RedGazelle15
Le gorille de Grauer, une sous-espèce menacée © Wikimedia Commons - RedGazelle15

En 20 ans, la population les gorilles de Grauer est passée de 17000 à 3800 individus. Les plus grands primates du monde se trouvent ainsi en danger critique d’extinction. Un rapport, publié par la Wildlife Conservation Society, Fauna & Flora International et l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, dénombre  77% de pertes entre 1995 et 2015.

Ce gorille, qui vit dans les forêts orientales de la République Démocratique du Congo, est victime du braconnage. Sa viande est consommée par les milices qui se sont installées dans la région et ont établi des camps d’exploitation minière. ils y extraient l’or, l’étain, les diamants ou encore le coltan. La vente de viande de gorille sur les marchés locaux constitue également un complément de revenu pour les populations. Contacté par émail, Ghislain Vieilledent, scientifique du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) qui étudie la répartition géographique de l’espèce, ajoute que la viande est aussi « exportée pour être consommée dans des grands centres urbains à l’étranger. D’après une enquête de la Society for Conservation Biology menée en 2006, 6 tonnes de viande de brousse sont commercialisées chaque mois dans des grandes métropoles commee Paris ou New-York« .

« Si le déclin se poursuit au rythme actuel (environ 5% par an), le gorille de Grauer pourrait disparaitre d’ici quelques années », affirme Ghislain Vieilledent. Il estime que la protection des gorilles passe par des « solutions politiques »dont le désarmement des milices et la régulation des sites miniers. Il déplore touefois que : « pour le moment, aucune de ces solutions n’est concrète. Ces mesures coûtent cher et il est important (…) d’alerter une nouvelle fois le grand public sur le statut des grands singes en Afrique centrale, faire pression sur le gouvernement de la RDC et la communauté internationale, récolter des fonds pour mener à bien les actions de conservation et de développement des communautés avoisinant les forêts tropicales ».

A voir aussi: le témoignage d’un éco-garde qui protège les gorilles au Congo.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • C’est horrible! L’espèce humaine n’a plus de limite
    Ces braconniers, ces bouffeurs de gorilles méritent tous les maux de la terre…
    Et le gouvernement qui laisse faire, vous êtes abjects messieurs!! Si il y avait de l’argent à la source, vous seriez les premiers à lever vos gros postérieurs de vos fauteuils pour vous en mettre plein les poches!
    Mais là ce ne sont que de pauvres animaux…
    J’ai la haine de vivre dans un monde pareil, ou de splendides animaux se font massacrer et tout ça pour l’appât du gain, vous êtes ignobles, vous êtes des assassins en puissance et vous méritez de crever la gueule ouverte?

Histoires de Nature, un programme de sciences participatives original et ouvert à tous pour collecter les témoignages des changements environnementaux

Lire l'article