Intolérable cruauté

Une fois encore, l’association L214 révèle au grand jour des images choquantes des conditions de mise à mort des animaux dans les abattoirs français. Il faut d’abord remercier le travail  de ces associations qui sortent régulièrement de l’ombre ces témoignages. Ces vidéos posent à chaque fois les mêmes  questions.  Elles rappellent aussi ce que les abattoirs sont. Cette vidéo est la dernière d’une longue série, et il y en aura vraisemblablement d’autres à l’avenir.

Montrer la face cachée de la production de viande ne suffit plus. La réaction habituelle des autorités de fermer temporairement l’établissement, de mener une enquête pour déterminer des responsabilités et éventuellement prendre des mesures  ne constitue plus une réponse adaptée. Cette réponse n’est que ponctuelle. Aujourd’hui, il faut un contrôle permanent des abattoirs que seules la mise en place de caméras et le libre-accès au site permettent. Ces conditions sont le meilleur moyen de rendre la filière transparente et de la conduire à changer en profondeur. Sans cela, abritée derrière la culture du secret, la viande restera une industrie exposée à tous les soupçons. Nous ne parlons pas ici de cesser de manger des produits carnés, c’est un choix individuel qui dépend de la conscience de chacun. Nous savons tous que la consommation de viande implique de tuer les animaux. Nous détournons les yeux sur ce fait, nous l’occultons. C’est un mal nécessaire. Nous ne l’acceptons pourtant pas ou plutôt nous n’acceptons pas les conditions dans lesquelles cette activité s’effectue.

Les consommateurs de viande doivent pouvoir en manger sans honte et se dire que le produit qu’ils consomment provient d’une filière responsable et respectueuse de la dignité et des souffrances.

Alors que l’ensemble du secteur agricole traverse une crise économique et sociale sans précédent, et doit se réinventer, la filière de la viande est confrontée, en plus, à une crise morale. La mauvaise image de l’abattage nuit  à celles et ceux qui ont auparavant passé des années à faire vivre, surveiller, voir grandir et veiller à la santé de leurs bêtes. Cette situation injuste dévalorise le travail des paysans à qui nous demandons des efforts sur la traçabilité des produits et leur qualité. La culture du secret des abattoirs dessert donc toute une filière. Ces lieux fermés aux journalistes, aux caméras et aux associations sont devenus des lieux de la honte. Nous cachons ce dont nous ne sommes collectivement pas fiers. Loin des regards, tous les jours ils accomplissent leur macabre activité.

La viande est devenue un produit  de masse. Les animaux, des êtres vivants, se sont transformés en unités de production dont chaque élément a un usage et une valeur. Les chaînes d’abattage fonctionnent comme des usines où chaque tâche est séparée et où l’infernale machine avance inexorablement.  Le travailleur, dont le métier est dangereux et pénible, manipule des couteaux, des instruments électriques et fait face à des carcasses de plusieurs dizaines de kilogrammes. Il doit accomplir sa besogne en suivant la cadence imposée par les machines. Pour eux et pour les animaux, où sont passés la dignité et le respect du vivant ?

Aujourd’hui, les contrôles sanitaires et vétérinaires existent, mais ils n’ont pas pour objet de surveiller ce qui se passe dans l’enceinte des abattoirs en ce qui concerne le bien-être animal. La prochaine évolution doit, même si cela parait difficile à imaginer, miser sur la transparence, l’accessibilité et le contrôle au quotidien des abattoirs. Cela peut passer par des caméras, une ouverture aux services de l’Etat et aux ONG. Le travail des journalistes et des ONG a déjà permis dans d’autres secteurs de changer les pratiques. Cela peut aussi s’envisager par de la concertation entre les différents acteurs de la filière pour améliorer progressivement les conditions de travail du personnel et d’abattage des animaux. Mais, comme citoyens, nous sommes tous concernés.  Et si plutôt que de ressasser les mêmes images de cruauté, nous nous mettions à réfléchir ensemble à la création d’une filière vertueuse de la viande ?

Il faut du temps pour changer les habitudes. Et cela s’est d’abord fait en mettant fin à l’opacité.  Sans ce premier pas, les citoyens et les acteurs de la filière ne pourront pas faire évoluer les choses. Il faut sortir de la culture du secret pour discuter sereinement.

Le site de L214

6 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Bonjour à vous.
    Nous partageons les mêmes valeurs et continuons à les défendre!
    à bientôt

    • Christiane Flamand

    Oui, Monsieur, c’est épouvantable toute cette cruauté admise par les autorités, puisqu’elles ne font rien depuis belle lurette, grâce aux associations, le citoyen est au courant de ces atrocités et ceux parmi nous qui sont touchés par ce drame peuvent aider à combattre cette façon de faire. Merci à tous les défenseurs des droits des animaux.

    • MEUNIER-JUIGNE

    je suis totalement d’accord avec ce texte. Les caméras doivent entrer dans les abattoirs pour éviter toute cette cruauté

    • Thaveron Jacqueline

    Bravo ? Monsieur Arthus -Bertrand,pour ce nouveau combat pour la dignité des animaux …et des hommes…changeons ce monde pour le meilleur!

    • Nathy

    Si vous voulez la transparence, mettez aussi des caméras dans les élevages et sur les marchés aux bestiaux. Car dans tous ces lieux où les êtres vivants sont considérés comme « inférieurs » à l’humain, ils sont traités comme des esclaves, des machines à produire des marchandises servant la cupidité humaine.

    Stop à l’hypocrisie ! Et si c’était vous l’animal que l’on exploite et que l’on tue, trouveriez vous cela normal et juste ? Qui êtes vous pour décider du droit de vie ou de mort sur un autre animal que vous ?

    • Mona

    Encore une preuve, s’il en faut, que l’être humain ne vaut pas l’animal. …!!
    Cela révèle beaucoup sur notre société qui perd ses valeurs.

Antarctique : dans les coulisses d’une mission scientifique qui suit les manchots Adélie

Lire l'article

Le mot de la rédaction : suite à la publication sur GoodPlanet Mag’ de la tribune L’agriculture locale et bio est-elle vraiment meilleure pour l’environnement ?

Lire l'article