Passe-droit de chasse pour les riches émirs persiques au Pakistan

Des militants écologistes ont obtenu l’annulation des permis de chasse accordés à de riches dignitaires du golfe venus tirer l’outarde houbara dans le Pendjab au Pakistan. Ils viennent avec leurs faucon chasser les oiseaux. Bien que protégée et menacée d’extinction, l’outarde houbara est chassée par les touristes. Cette année, le pays a accordé 33 permis de chasse autorisant chacun des acquéreurs à tuer 100 oiseaux.  Le ministère des affaires étrangères vend les autorisations de chasse aux étrangers, une situation de plus en plus contestée au Pakistan. Les permis de chasse concernent 4 provinces. Par ailleurs, l’une d’entre elles, le Sindh veut aussi contester l’attribution de ces permis par le ministère des affaires étrangères et bannir la chasse pour les 10 prochaines années.

La situation irrite les défenseurs des animaux. Naeem Sadiq, un militant de Karachi, qui a porté l’affaire devant la haute-court de Lahore (capitale du Penjab), s’insurge contre l’attitude des étrangers : « existe-il une raison plus absurde pour tuer un animal ?  S’il s’avère illégal au Pakistan de les chasser alors pourquoi de riches émirs arabes pourraient avoir l’autorisation de le faire ? »

Parmi les chasseurs, on trouve de nombreuses sommités du golfe persique dont les émirs du Koweït et du Qatar, un prince saoudien ainsi que le président des Émirats Arabes Unis, rapporte le Guardian. Les riches princes arabes chassent l’outarde à l’aide de faucons. Ils viennent au Pakistan et s’appuient sur leurs dollars pour obtenir le soutien des populations locales.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Des militants écologistes ont obtenu l’annulation des permis de chasse accordés à de riches dignitaires du golfe venus tirer l'outarde houbara dans le Pendjab au Pakistan. …  […]

    • THIERRY

    La plus grosse bêtise qu’aient faite les occidentaux, c’est d’intervenir en Iraq ou en Libye. C’est dans le Golfe qu’il aurait fallu intervenir, pour mettre à plat-ventre et démanteler une bonne fois pour toutes ces Emirats de pacotille dont les principales ressources sont, outre le pétrole, le pillage en règle du patrimoine naturel des autres pays et, ne l’oublions jamais, le trafic négrier, en vue de se pourvoir en esclaves, africains, malgaches, indiens ou philippins pour construire leurs tours mégalomaniaques .
    Le jour où les emirs subiront le sort de Saddam, Ceaucescu ou Ben Laden sera un jour de délivrance pour bien des pays, pour leurs habitants et pour leur nature !

Mort de 380 cétacés coincés dans une baie en Tasmanie, selon un bilan des sauveteurs

Lire l'article