Les pertes dues aux catastrophes naturelles diminuent de moitié en 2013

Tacloban, Philippines: une vue aérienne des dégâts causés pas le typhon Haiyan en novembre 2013. © AFP PHOTO/ Nicolas ASFOURI
An aerial view shows the damage on the ground aboard a Philippine Air Force helicopter bringing relief food between Tacloban and La Paz after Typhoon Haiyan hit the east coast of the Philippines, on November 23, 2013. The number of people dead or missing after one of the world's strongest typhoons struck the Philippines climbed towards 7,000, as the United Nations warned much more needed to be done to help desperate survivors. AFP PHOTO/ Nicolas ASFOURI
Tacloban, Philippines: une vue aérienne des dégâts causés pas le typhon Haiyan en novembre 2013. © AFP PHOTO/ Nicolas ASFOURI

Les demandes d’indemnisation pour cause de catastrophes naturelles ont baissé de plus de 52 % en 2013 par rapport à l’année 2012.

C’est la plus grande compagnie de réassurance au monde, Munich Re, qui a publié ce chiffre bilan pour l’année 2013 dans son rapport annuel. Selon l’assureur,  les catastrophes naturelles ont provoqué 125 milliards de dollars de dégâts au niveau mondial. Toutefois, les pertes assurées se sont chiffrées à 31 milliards de dollars en 2013, contre 65 milliards en 2012.  Ces chiffres sont tous en dessous de la moyenne observée au cours de la décennie passée. Cette baisse s’expliquerait par le faible nombre d’ouragans ayant frappé les côtes de l’Atlantique au cours de l’année. Plus importante catastrophe de 2013, le typhon Haiyan, qui a touché les Philippines, la Chine et le Vietnam en novembre dernier et qui a fait plus de 6 000 victimes, s’avère financièrement la seconde catastrophes la plus destructrices. Les assureurs ont en revanche reçu un nombre plus important de dossier provenant d’Europe et notamment de l’Allemagne pour cause d’inondations. Les dommages s’élèveraient ainsi à 7 milliards de dollars dans le pays. Dans son communiqué, l’assureur insiste sur les besoins d’un système d’alerte et de mesure de protection adéquate pour minimiser l’impact des catastrophes.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Négliger l’environnement prépare des crises sociales sans solution… LA DEFINITION du développement durable figurant dans le rapport Brundtland de 1987, donnée par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU : « Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité ; et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. »

    • pierre

    vous êtes parfois incroyable dans vos analyses?! – vous citez une assurance pour ce gros tître? je vous suis d´argentine tous les jours et remercie beaucoup mais avez tendance á minimiser comme pour le japon par exemple… ici en AL c´est la destruction constante organisée par l´europe et les US, il y a peu l´armée francaise eu sénégal pour protéger les resources minières??? attention, atttention, merci. pierre

Australie : les catastrophes seront plus "graves et fréquentes", selon la commission des feux de 2019/2020

Lire l'article