Amnistie pour les 30 militants de Greenpeace en Russie

greenpeace
Greenpeace activists holds posters with pictures of the "Artic 30" detained Greenpeace activists as they demonstrate in Moscow, on October 18, 2013. The the "Arctic 30" are now in custody in Russian northern Murmansk region charged with on piracy charges for almost three weeks after their ship Arctic Sunrise was seized by Russian security forces after a protest at a Russian oil rig. AFP PHOTO / KIRILL KUDRYAVTSEV
Manifestation en soutien aux militants de Greenpeace retenus en Russie © AFP PHOTO / KIRILL KUDRYAVTSEV

La Douma, le parlement russe, vient de voter une loi amnistiant les 30  militants de Greenpeace retenus en Russie depuis 3 mois. Ils avaient été arrêtés en septembre 2013 lors d’une opération au large d’une plateforme de Gazprom pour dénoncer l’exploitation des ressources énergétiques en Arctique. Les 30 ont un temps été accusés de piraterie, puis les charges retenues contre eux par les autorités russes ont été requalifiées en hooliganisme. Ils venaient d’être libérés sous caution mais étaient encore soumis à une interdiction de quitter le territoire russe, rappelle la BBC.

« La situation est quelque peu exceptionnelle puisque ne peuvent, en théorie, être amnistiés que les individus qui ont déjà été condamnés, ce qui n’est pas le cas des 30 de l’Arctique. Ils sont accusés de hooliganisme, mais n’ont pas été condamnés par un tribunal russe. Le décret d’amnistie a donc nécessité un amendement incluant les personnes accusées, mais non condamnées, comme c’est le cas pour les 30 de l’Arctique », commente Greenpeace France qui se réjouit de cette nouvelle.

Les deux membres du groupe Pussy Riot encore emprisonnées devraient également bénéficier de cette amnistie, tout comme environ 25 000 personnes dans le pays.

 

Ecrire un commentaire

Après des années de captivité, deux bélugas redécouvrent la liberté en Islande

Lire l'article