Legacy, le film événement de Yann Arthus-Bertrand, retrouvez nos news et interviews exclusives sur le documentaire dont tout le monde parle

Les engrais menacent les écosystèmes des parcs nationaux

In this image taken January 2, 2012 shows the Mount Rainier National Park enterance which closed by the police in Washington. Police found January 2, 2012 the body of an Iraq war veteran who is believed to have shot dead a ranger in Mount Rainier National Park, saying it appeared he died of exposure after fleeing into the forest. A massive manhunt had been underway for 24-year-old Benjamin Colton Barnes, who suffered from stress disorder, a day after the New Year's Day shooting in the snow-covered park in the US state of Washington. His body was found in a river called Paradise Creek, wearing only a T-shirt, jeans, and one shoe -- and there appeared to be no external wounds, meaning he likely died from exposure or similar, officials told reporters at the park. "The body found was confirmed to be the shooting suspect Benjamin C. Barnes," Washington state Patrol District spokesman Guy Gill said on his Twitter account. AFP PHOTO / Andrew WINNER "
L'entrée du Mount Rainier National Park © AFP PHOTO / Andrew WINNER "

Seuls 10 % des engrais à base d’azote employés dans l’agriculture servent réellement à la croissance des cultures, le reste se disperse dans la nature. Une étude conduite par Harvard aux États-Unis montre que les parcs nationaux font face à une contamination accidentelle aux engrais azotés, rapporte le site Science Daily le 10 octobre. En effet, une partie de l ’azote finit dans l’air et se retrouve plus loin, ce qui affecte l’écologie d’écosystèmes. Au-delà d’un certain seuil d’azote par hectare, qui varie selon les milieux, ces derniers sont menacés par un trop-plein d’azote qui modifie leur équilibre. Les chercheurs alertent sur les répercussions que cela peut avoir sur les écosystèmes de 38 parcs nationaux aux États-Unis où la présence de l’azote dans le sol a augmenté.  Par exemple, cet afflux d’ammoniac atteint les 13,6 kg/ha alors que les arbres locaux peuvent supporter qu’un apport de 3 à 8 kg/ha par an dans le Great Smoky Mountains National Park. Dans le Mount Rainier National Park, ce sont les lichens qui souffrent de cet apport d’azote. « Les lichens ne semblent pas important pour quelqu’un qui se promène dans un parc national, pourtant tout l’écosystème dépend d’eux, ils sont intégrés », explique Raluca A. Ellis qui a conduit cette étude.  L’            azote provient de l’agriculture ou bien de rejets polluants des transports ou de centrales électriques. Un afflux d’azote perturbe le cycle de nutrition des sols, peut entrainer une croissance accélérée des plantes ou encore entrainer l’apparition de bloom d’algues, et à terme de dégrader le milieu.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Les engrais menacent l’écosystème de certains parcs nationaux américains.  […]

  • La pollution par l’azote est un problème certain. J’en vois d’autres avec des vecteurs comparables
    tels que la variation du pH avec les empierrements et les travaux routiers.
    Il faudrait aussi peut-être mieux connaitre les lichens et surtout créer des listes de protections.
    Enfin, à ma connaissance, il n’y a pas de vulgarisation sur l’évolution des protéines dans le milieu
    concerné par la biologie végétale cellulaire.
    Christian DENTAL

  • […] Les engrais menacent l’écosystème de certains parcs nationaux américains.Seuls 10 % des engrais à base d’azote employés dans l’agriculture servent réellement à la croissance des cultures, le reste se disperse dans la nature. Une étude conduite par Harvard aux États-Unis montre que les parcs nationaux font face à une contamination accidentelle aux engrais azotés, rapporte le site Science Daily le 10 octobre. En effet, une partie de l ’azote finit dans l’air et se retrouve plus loin, ce qui affecte l’écologie d’écosystèmes. Au-delà d’un certain seuil d’azote par hectare, qui varie selon les milieux, ces derniers sont menacés par un trop-plein d’azote qui modifie leur équilibre. Les chercheurs alertent sur les répercussions que cela peut avoir sur les écosystèmes de 38 parcs nationaux aux États-Unis où la présence de l’azote dans le sol a augmenté…/…"  […]