Singapour et la Nouvelle Zélande parmi les pays les plus heureux au monde

CHAPEL HILL, NC - APRIL 24: A student reacts to U.S. President Barack Obama acknowledging her happy-heckles during his appearance at the University of Chapel Hill on April 24, 2012 in Chapel Hill, North Carolina. The President delivered remarks as part of a effort to get Congress to prevent interest rates on student loans from doubling in July. Sara D. Davis/Getty Images/AFP
Etats-Unis, Chapel Hill : des étudiants heureux. Sara D. Davis/Getty Images/AFP

Selon un nouvelle indice du bonheur basé sur les flux migratoire, les habitants de Singapour, de la Nouvelle Zélande, de la Suisse ou encore du Canada font parti des personnes les plus heureuses au monde.

Ce nouvel indice est basé sur ce que les gens font plutôt que sur ce qu’ils prétendent faire, note Science Daily. L’hypothèse principale étant qu’un pays ou les gens souhaitent se rendre ne peut pas être un pays où les gens sont malheureux. Selon Juan de Dios Tena, professeur à l’université Carlos III de Madrid, « en psychologie, les flux migratoires sont étroitement associés au bonheur. En partant de ce principe, il nous est possible de développer un indice de bonheur qui prend en compte des valeurs plus logiques ». Les flux migratoires ne dépendent en effet pas seulement de la probabilité de trouver du travail mais ils sont également influencés par le niveau de pollution, l’économie, le niveau de sécurité … du pays. Selon ce mode de calcul, Singapour, le Canada, la Nouvelle Zélande, la Suisse font partie des pays où les gens sont les plus heureux  au monde alors qu’en bas de classement on retrouve la Bolivie, l’Ethiopie, la Tanzanie et la Chine. « Il faut cependant noter que les données et estimations utilisées dans cet indice sont étudiées sur le long terme et que l’indice ne montre donc pas l’influence d’un évènement particulier comme l’organisation des Jeux Olympiques par exemple », note Tena. Les politiques durables en terme de bonheur sont celles qui donnent envie aux personnes de rester dans le pays sur le long terme.

Ecrire un commentaire

Sarah Durieux, directrice de Change.org France : «l’activisme, ce n’est pas juste changer le monde, c’est aussi se changer soi-même»

Lire l'article