L’algoculture tanzanienne menacée par le réchauffement climatique

L’augmentation de la température de la mer et les conditions climatiques extrêmes menacent les fermes d’algues de l’île de Zanzibar en Tanzanie alors que pays a exporté près de 11 000 tonnes d’algues sèches en 2011.

Utilisées en pharmacie et dans l’industrie alimentaire, les algues cultivées à Zanzibar sont recherchées dans le monde entier. A tel point que l’île en exporte désormais vers les Etats-Unis, la France, le Danemark, la Chine et le Chili, devenant le 3e produit le plus exporté par l’île après les épices et le rafia. En cinq ans, la production a pourtant diminué de près de 3 000 tonnes passant de 14 040 tonnes à 10 800 tonnes l’an passé.

Des chercheurs ont fait le lien entre cette chute de la production et l’évolution des conditions climatiques liées au réchauffement de la planète. L’Institut des Sciences Marines de Dar es Salaam note en effet, que les températures des eaux peu profondes où sont cultivées les algues ont augmenté de 8 degrés Celsius, passant de 30 degrés dans les années 1990 à plus de 38 degrés ces dernières années. Associées à des tempêtes plus importantes et plus nombreuses, les algues se développent moins bien, note AllAfrica.

Des solutions sont en cours d’élaboration, la plus probable étant la mise en place de fermes sous-marines permettant la culture des algues à des profondeurs plus importantes permettant aux algues d’êtres protégées des tempêtes et de se développer à des températures plus agréables pour elles. S’ils étaient 15 000 à 20 000 cultivateurs d’algues jusqu’à récemment, nombreux sont les fermiers marins qui se sont tournés récemment vers une autre activité pour subsister.

Ecrire un commentaire

Le plaidoyer de la bergère des collines Florence Robert pour un pacte de responsabilité avec le vivant dans le cadre d’un élevage non industriel

Lire l'article