Les geais buissonniers organisent des funérailles pour leurs congénères

Les geais buissonniers, passereaux d’Amérique du Nord, créent un attroupement cacophonique à la découverte d’un congénère mort, montre une étude américaine publiée dans le Journal of Animal Behaviour. En effet, lorsqu’ils passent auprès du cadavre d’un des leurs, ces oiseaux cessent toute activité, alertent et encouragent les autres geais à venir les rejoindre. Teresa Iglesias, responsable de l’étude, déclare à BBC nature que « Sans être témoin de la douleur de la mort elle-même, les geais voient en la présence du corps une information à être relayée publiquement ». Les oiseaux préviennent ainsi leurs congénères d’un possible risque encouru dans cette zone et les invitent à rester vigilants. Les geais arrêtent par la suite de chercher de la nourriture pendant les 24h suivant la découverte du corps, ce qui laisse penser à un possible deuil.

D’autres animaux sont connus pour leur empathie, notamment les girafes et les éléphants dont certains individus ont été vus se promenant longuement près du corps d’un congénère décédé. Que ce soit en alertant du danger ou en accompagnant ces congénères dans la mort, ces comportements renforcent l’idée que les animaux ont une certaine perception de la mort. Savoir prendre en compte le sentiment d’empathie dont font preuve certaines espèces envers leurs congénères apparaît comme un enjeu de la préservation du bien être animal.

Ecrire un commentaire

Mort de 380 cétacés coincés dans une baie en Tasmanie, selon un bilan des sauveteurs

Lire l'article