Rio + 20 ou plutôt Rio sans nous !

Il y a 20 ans dans le pays de la Samba on a propagé le concept du développement durable qui devait nous emmener en 2012 sur le chemin de l’humanité durable .

Le piètre texte issu hier soir d’une négociation internationale de deux ans et une nuit démontre la force des égoïsmes nationaux et la faiblesse de la solidarité écologique planétaire .

Le défi du 21 eme siècle est d’articuler les enjeux sociaux,environnementaux , economiques et philosophiques pour les 7 milliards(à ce jour) des passagers de la Terre.

Le Brésil joue merveilleusement au foot mais hélas ce pays extraordinaire joue très mal avec son environnement immédiat et lointain. Rio +20 sera donc vain …

Que vais-je pouvoir dire à mes enfants a mon retour ? Je vais leur indiquer que si les opinions de chaque pays ne s’engagent pas massivement au quotidien réellement pour la préservation de notre planète ,les négociations internationales ne feront avancer la vie que de quelques millimètres …

A t’on vu des grandes manifestations pour sauver les réserves halieutiques des océans ?

Pour empêcher la déforestation ? Pour améliorer la qualité de l’air ?savez-vous que selon l’OMS il y a en France 42000morts prématurés chaque année a cause de la pollution due notamment au diesel prépondérant dans nos transports .

Lutte t’on efficacement contre notre ébriété au carbone?

Pourquoi trouve t’on toujours les moyens pour faire la guerre et si peu pour inventer l’économie du moindre impact sur l’environnement?

Lançons après ce Rio décevant un appel à la mobilisation des peuples pour que la vie de nos générations futures soit joyeuse !

Et non pas un avenir incertain dans un monde vivant entre Mad Max et l’abbé Pierre(dixit Bernard Lavillier) Ou comment la croissance des déboires nous fera entrer dans l’ère des conséquences …

Prenons notre avenir en main !

Engageons nous et ne déléguons rien ! Chacun doit prendre son quart pour affronter les tempêtes ou les plutôt les contourner.

Ici Rio a vous Paris , ici il pleut car l’esprit des Indiens montre surement son désaccord avec ce médiocre accord qui oublie l’interdépendance des pays et des êtres humains et ignore l’importance vitale de la biodiversité.

Oscar Wilde disait que « la fatalité veut que l’on prenne toujours les bonnes résolutions trop tard . »

SARAVAH* la force du mouvement qui préservera la nature !

NOTE

*mot de benediction afro-brésilien devenu connu au Brésil par Vinicuis Moraes et en France par Pierre Barouh

Rio + 20 ou plutôt Rio sans nous !

oar Serge Orru, président du WWF France

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Claudec

    RIO+20
    La mesure et la manière dont l’arbre cache la forêt aux yeux de l’humanité entière, de son élite à ses plus humbles membres, appellent-elles la compassion ou l’affliction ?

    Le répéter inlassablement suffira-t-il ?

    « Si nous continuons dans cette voie, si nous ne faisons rien pour enrayer l’accroissement de la population, nous allons en payer le prix, nous allons nous retrouver dans un monde surpeuplé. La démographie a un impact sur le développement économique, sur l’environnement et sur les ressources de la Terre qui sont limitées.»
    Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies (1997 – 2006) – (s/Démographieresponsable.org)

    Or, en dépit des variations de la croissance démographique soufflant le chaud et le froid et de la sempiternelle annonce de son ralentissement, celui-ci est non seulement peu probable mais quasiment exclu pour de nombreuses raisons parmi lesquelles :
    – La tendance observée depuis la naissance de l’espèce humaine, et plus particulièrement au cours de ses deux derniers millénaires.
    – Les effets du progrès, notamment sanitaire et les résultats plus généraux de l’action humanitaire, encourageant les naissances et retardant la mort des plus malheureux, à défaut de les empêcher de souffrir de leur misère.
    – Les peurs suscitées par une baisse de la natalité, en termes de vieillissement de la population et de réduction du nombre des actifs.
    – L’aveuglement, l’imprévoyance et l’égoïsme des hommes, tous ancrés, sans exception, dans leurs habitudes et leurs avantages acquis – pour ceux qui ont le bonheur d’en bénéficier, les autres semblant se satisfaire du simple « bonheur de vivre ».
    – La cacophonie régnant chez la plupart des partisans d’un contrôle démographique.
    – L’opposition farouche des opposants à ce dernier.
    etc. ,
    la prise de conscience de réalités fondamentales serait nécessaire, de toute urgence.

    Pour en savoir plus à propos de la plus impitoyable de ces réalités, affichez « Fatalitas, l’abominable pyramide sociale » dans votre moteur de recherche.

Antarctique : dans les coulisses d’une mission scientifique qui suit les manchots Adélie

Lire l'article

Le mot de la rédaction : suite à la publication sur GoodPlanet Mag’ de la tribune L’agriculture locale et bio est-elle vraiment meilleure pour l’environnement ?

Lire l'article